Dimanche 15 Juillet 2018 |

Dimanche 15 Juillet 2018



Sujet — Vie

Texte D’or : Amos 5 : 14



« Recherchez le bien et non le mal, afin que vous viviez, et qu'ainsi l'Éternel, le Dieu des armées, soit avec vous. »




PDF Downloads:


████████████████████████████████████████████████████████████████████████


Lecture Alternée: Proverbes 16 : 17-21, 23


17.     Le chemin des hommes droits, c'est d'éviter le mal ; celui qui garde son âme veille sur sa voie.

18.     L'arrogance précède la ruine, et l'orgueil précède la chute.

19.     Mieux vaut être humble avec les humbles que de partager le butin avec les orgueilleux.

20.     Celui qui réfléchit sur les choses trouve le bonheur, et celui qui se confie en l'Éternel est heureux.

21.     Celui qui est sage de cœur est appelé intelligent, et la douceur des lèvres augmente le savoir.

23.     Celui qui est sage de cœur manifeste la sagesse par sa bouche, et l'accroissement de son savoir paraît sur ses lèvres.



La Leçon Sermon



La Bible


1. Psaume 34 : 10, 11, 13-17, 20-23

10     Craignez l'Éternel, vous ses saints ! Car rien ne manque à ceux qui le craignent.

11     Les lionceaux éprouvent la disette et la faim, mais ceux qui cherchent l'Éternel ne sont privés d'aucun bien.

13     Quel est l'homme qui aime la vie, qui désire la prolonger pour jouir du bonheur ?

14     Préserve ta langue du mal, et tes lèvres des paroles trompeuses ;

15     Éloigne-toi du mal, et fais le bien ; recherche et poursuis la paix.

16     Les yeux de l'Éternel sont sur les justes, et ses oreilles sont attentives à leurs cris.

17     L'Éternel tourne sa face contre les méchants, pour retrancher de la terre leur souvenir.

20     Le malheur atteint souvent le juste, mais l'Éternel l'en délivre toujours.

21     Il garde tous ses os, aucun d'eux n'est brisé.

22     Le malheur tue le méchant, et les ennemis du juste sont châtiés.

23     L'Éternel délivre l'âme de ses serviteurs, et tous ceux qui l'ont pour refuge échappent au châtiment.

2. Lamentations 3 : 22-26

22     Les bontés de l'Éternel ne sont pas épuisés, ses compassions ne sont pas à leur terme ;

23     Elles se renouvellent chaque matin. Oh ! que ta fidélité est grande !

24     L'Éternel est mon partage, dit mon âme ; c'est pourquoi je veux espérer en lui.

25     L'Éternel a de la bonté pour qui espère en lui, pour l'âme qui le cherche.

26     Il est bon d'attendre en silence le secours de l'Éternel.

3. Jean 8 : 12-16, 29-32, 51

12     Jésus leur parla de nouveau, et dit : Je suis la lumière du monde ; celui qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres, mais il aura la lumière de la vie.

13     Là-dessus, les pharisiens lui dirent : Tu rends témoignage de toi-même ; ton témoignage n'est pas vrai.

14     Jésus leur répondit : Quoique je rende témoignage de moi-même, mon témoignage est vrai, car je sais d'où je suis venu et où je vais ; mais vous, vous ne savez d'où je viens ni où je vais.

15     Vous jugez selon la chair ; moi, je ne juge personne.

16     Et si je juge, mon jugement est vrai, car je ne suis pas seul ; mais le Père qui m'a envoyé est avec moi.

29     Celui qui m'a envoyé est avec moi ; il ne m'a pas laissé seul, parce que je fais toujours ce qui lui est agréable.

30     Comme Jésus parlait ainsi, plusieurs crurent en lui.

31     Et il dit aux Juifs qui avaient cru en lui : Si vous demeurez dans ma parole, vous êtes vraiment mes disciples;

32     Vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous affranchira.

51     En vérité, en vérité, je vous le dis, si quelqu'un garde ma parole, il ne verra jamais la mort.

4. Luc 7 : 1-10

1     Après avoir achevé tous ces discours devant le peuple qui l'écoutait, Jésus entra dans Capernaüm.

2     Un centenier avait un serviteur auquel il était très attaché, et qui se trouvait malade, sur le point de mourir.

3     Ayant entendu parler de Jésus, il lui envoya quelques anciens des Juifs, pour le prier de venir guérir son serviteur.

4     Ils arrivèrent auprès de Jésus, et lui adressèrent d'instantes supplications, disant : Il mérite que tu lui accordes cela ;

5     Car il aime notre nation, et c'est lui qui a bâti notre synagogue.

6     Jésus, étant allé avec eux, n'était guère éloigné de la maison, quand le centenier envoya des amis pour lui dire : Seigneur, ne prends pas tant de peine ; car je ne suis pas digne que tu entres sous mon toit.

7     C'est aussi pour cela que je ne me suis pas cru digne d'aller en personne vers toi. Mais dis un mot, et mon serviteur sera guéri.

8     Car, moi qui suis soumis à des supérieurs, j'ai des soldats sous mes ordres ; et je dis à l'un : Va ! et il va ; à l'autre : Viens ! et il vient ; et à mon serviteur : Fais cela ! et il le fait.

9     Lorsque Jésus entendit ces paroles, il admira le centenier, et, se tournant vers la foule qui le suivait, il dit : Je vous le dis, même en Israël je n'ai pas trouvé une aussi grande foi.

10     De retour à la maison, les gens envoyés par le centenier trouvèrent guéri le serviteur qui avait été malade.

5. Jean 10 : 23-25 (jusqu’au :), 27, 28 (jusqu’au ;), 29

23     Et Jésus se promenait dans le temple, sous le portique de Salomon.

24     Les Juifs l'entourèrent, et lui dirent : Jusques à quand tiendras-tu notre esprit en suspens ? Si tu es le Christ, dis-le nous franchement.

25     Jésus leur répondit :

27     Mes brebis entendent ma voix ; je les connais, et elles me suivent.

28     Je leur donne la vie éternelle ;

29     Mon Père, qui me les a données, est plus grand que tous ; et personne ne peut les ravir de la main de mon Père.

6. Hébreux 3 : 1, 2 (jusqu’à la 2ème,), 13, 14

1     C'est pourquoi, frères saints, qui avez part à la vocation céleste, considérez l'apôtre et le souverain sacrificateur de la foi que nous professons,

2     Jésus, qui a été fidèle à celui qui l'a établi,

13     Mais exhortez-vous les uns les autres chaque jour, aussi longtemps qu'on peut dire : Aujourd'hui ! afin qu'aucun de vous ne s'endurcisse par la séduction du péché.

14     Car nous sommes devenus participants de Christ, pourvu que nous retenions fermement jusqu'à la fin l'assurance que nous avions au commencement,

7. I Timothée 6 : 12

12     Combats le bon combat de la foi, saisis la vie éternelle, à laquelle tu as été appelé, et pour laquelle tu as fait une belle confession en présence d'un grand nombre de témoins.

8. Jude 1 : 21

21     Maintenez-vous dans l'amour de Dieu, en attendant la miséricorde de notre Seigneur Jésus Christ pour la vie éternelle.



Science et Santé


1. 331 : 1 (Dieu) (jusqu’à la ,)

Dieu est la Vie divine.

2. 246 : 4-6, 26-33

La Vie et ses facultés ne se mesurent pas au calendrier. Le parfait et l’immortel sont la ressemblance éternelle de leur Créateur.

L’homme, gouverné par l’Entendement immortel, est toujours beau et sublime. Chaque année succédant à une autre déroule la sagesse, la beauté et la sainteté.

La Vie est éternelle. Nous devrions reconnaître ce fait et en commencer la démonstration. La Vie et la bonté sont immortelles. Modelons alors nos vues concernant l’existence sur la beauté, la fraîcheur et la continuité, plutôt que sur la vieillesse et la décrépitude.

3. 3 : 13-17

L’Être Divin doit être reflété par l’homme, autrement l’homme n’est pas l’image et la ressemblance de Celui qui est patient, tendre et vrai, « le Tout-aimable »* ; mais comprendre Dieu est l’œuvre de l’éternité et exige une consécration absolue de la pensée, de l’énergie et du désir.

* Bible anglaise

4. 285 : 3-16, 26-8 (jusqu’à la ,)

L’individualité de l’homme n’est pas matérielle. Cette Science de l’être n’est pas seulement valable après la mort dans ce que les hommes appellent le Paradis, mais ici et maintenant ; elle est le grand fait de l’être pour le temps et pour l’éternité.

Qu’est donc la personnalité matérielle qui souffre, pèche et meurt ? Ce n’est pas l’homme, l’image et la ressemblance de Dieu, mais la contrefaçon de l’homme, la ressemblance inversée, la dissemblance nommée péché, maladie et mort. L’irréalité de la prétention qu’un mortel est la vraie image de Dieu est illustrée par les natures opposées de l’Esprit et de la matière, de l’Entendement et du corps, car l’une est intelligence, tandis que l’autre est inintelligence.

En interprétant Dieu comme Sauveur corporel et non pas comme Principe rédempteur ou Amour divin, nous continuerons à chercher le salut dans le pardon et non dans la réforme, et nous aurons recours à la matière pour la guérison des malades au lieu de nous adresser à l’Esprit. A mesure que les mortels atteindront un sens plus élevé grâce à la connaissance de la Science Chrétienne, ils s’efforceront d’apprendre, non de la matière, mais du divin Principe, Dieu, à démontrer le Christ, la Vérité, en tant que seule puissance curative et rédemptrice.

Il est essentiel de comprendre, au lieu de croire, ce qui se rapporte le plus au bonheur de l’être. Rechercher la Vérité au moyen d’une croyance à une doctrine humaine, c’est ne pas comprendre l’infini. On ne doit pas chercher l’immuable et l’immortel par l’intermédiaire de ce qui est fini, muable et mortel, et dépendre ainsi de la croyance au lieu de la démonstration, car cela est fatal à la connaissance de la Science. La compréhension de la Vérité donne pleine foi en la Vérité.

5. 428 : 31-5

L’auteur a guéri des maladies organiques considérées incurables et a rendu les agonisants à la vie et à la santé par sa compréhension que Dieu est la seule Vie. C’est un péché de croire qu’il existe quoi que ce soit qui puisse se rendre maître de la Vie omnipotente et éternelle, et cette Vie doit être mise en lumière par la compréhension qu’il n’y a pas de mort aussi bien que par d’autres grâces de l’Esprit.

6. 429 : 15-21, 35-6

L’entendement mortel affirme que l’entendement est assujetti au corps et que le corps meurt, qu’il doit être enterré et réduit en poussière ; mais cette affirmation de l’entendement mortel n’est pas vraie. Les mortels se réveillent du rêve de la mort avec des corps invisibles pour ceux qui croient enterrer le corps.

Jésus dit (Jean 8:51) : « Si quelqu’un garde ma parole, il ne verra jamais la mort. » Cette déclaration ne se borne pas à la vie spirituelle, mais elle comprend tous les phénomènes de l’existence. Jésus le démontra en guérissant les mourants et en ressuscitant les morts.

L’entendement mortel doit renoncer à l’erreur, se dépouiller de lui-même et de ses œuvres ; alors paraîtra la nature immortelle de l’homme, l’idéal-Christ.

7. 304 : 3-11 (jusqu’au ;), 16-21

C’est l’ignorance et la fausse croyance, fondées sur un sens matériel des choses, qui cachent la beauté et la bonté spirituelles. Comprenant cela, Paul dit : « Ni la mort ni la vie...ni les choses présentes ni les choses à venir... ni la hauteur ni la profondeur, ni aucune autre créature ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu. » Voici la doctrine de la Science Chrétienne : l’Amour divin ne peut être privé de sa manifestation, de son objet ;

L’harmonie est produite par son Principe, elle est gouvernée par lui et demeure avec lui. Le Principe divin est la Vie de l’homme. Le bonheur de l’homme n’est donc pas à la merci du sens physique. La Vérité n’est pas contaminée par l’erreur. L’harmonie en l’homme est aussi belle que dans la musique, et la discordance n’est pas naturelle mais irréelle.

8. 261 : 33-18

Nous devrions oublier notre corps en nous souvenant du bien et de la race humaine. Le bien exige de l’homme chaque heure de son temps pour résoudre le problème de l’être. La consécration au bien ne diminue pas la dépendance de l’homme à l’égard de Dieu, mais au contraire elle l’augmente. De même la consécration ne diminue pas les obligations de l’homme

envers Dieu, mais montre l’absolue nécessité de les remplir. La Science Chrétienne n’enlève rien à la perfection de Dieu, mais elle Lui attribue toute la gloire. En se dépouillant « du vieil homme et de ses œuvres », les mortels « revêtent l’immortalité ».

Nous ne pouvons sonder la nature et la qualité de la création de Dieu en plongeant dans les eaux peu profondes de la croyance mortelle. Nous devons inverser nos faibles tentatives — nos efforts pour trouver la vie et la vérité dans la matière — et nous élever au-dessus du témoignage des sens matériels, au-dessus du mortel jusqu’à l’idée immortelle de Dieu. Ces vues plus claires et plus élevées donnent à l’homme à la ressemblance de Dieu l’inspiration pour atteindre le centre et la circonférence absolus de son être.

9. 296 : 4-13, 19-22

Le progrès naît de l’expérience. C’est la maturation de l’homme mortel, par laquelle il abandonne le mortel pour l’immortel. Soit ici-bas, soit dans l’au-delà, la souffrance ou la Science devra détruire toute illusion concernant la vie et l’entendement et régénérer le sens matériel et le moi matériel. Il faut se dépouiller du vieil homme avec ses œuvres. Ce qui est sensuel ou peccable n’est pas immortel. La mort d’un faux sens matériel et du péché, non la mort de la matière organique, est ce qui révèle l’homme et la Vie harmonieux, réels et éternels.

Le laps de temps plus ou moins long qu’il faudra aux mortels pour apprendre cela et la durée de leur souffrance causée par les angoisses de la destruction dépendent de la ténacité de l’erreur.

10. 598 : 24-31

Un instant de conscience divine, la compréhension spirituelle de la Vie et de l’Amour, est un avant-goût de l’éternité. Cet état de conscience élevé, atteint et maintenu lors que la Science de l’être est comprise, permettrait de franchir, grâce au discernement spirituel de la vie, l’intervalle de la mort, et l’homme serait dans la pleine conscience de son immortalité et de son harmonie éternelle, où le péché, la maladie et la mort sont inconnus.


████████████████████████████████████████████████████████████████████████


Les Devoirs Quotidiens

de Mary Baker Eddy

Prière quotidienne

Il sera du devoir de tout membre de cette Église de prier chaque jour : « Que Ton règne vienne » ; que le règne de la Vérité, de la Vie et de l’Amour divins soit établi en moi, et élimine de moi tout péché ; et puisse Ta Parole enrichir les affections de toute l’humanité et la gouverner !q

Manuel de l’Église, Article VIII, Sect. 4

Règle pour les mobiles et les actes

Ni l’animosité, ni un attachement purement personnel ne doivent déterminer les mobiles ou les actes des membres de l’Église Mère. Dans la Science, l’Amour divin seul gouverne l’homme ; et un Scientiste Chrétien reflète les douces aménités de l’Amour, en réprouvant le péché, et en manifestant un véritable esprit de fraternité, de charité et de pardon. Les membres de cette Église doivent journellement veiller et prier pour être délivrés de tout mal, pour ne pas prophétiser, juger, condamner, conseiller, influencer ou être influencés d’une manière erronée.

Manuel de l’Église, Article VIII, Sect. 1

Vigilance face au devoir

Il sera du devoir de chaque membre de cette Église de se défendre journellement contre la suggestion mentale agressive, et de ne pas se laisser entraîner à oublier ou à négliger son devoir envers Dieu, envers son Leader et envers l’humanité. Par ses œuvres, il sera jugé — et justifié ou condamné.

Manuel de l’Église, Article VIII, Sect. 6


████████████████████████████████████████████████████████████████████████