Dimanche 23 Décembre 2018 |

Dimanche 23 Décembre 2018



Sujet — DL’UNIVERS, Y COMPRIS L’HOMME, EST-IL PRODUIT PAR LA FORCE ATOMIQUE ?

Texte D’or : MATTHIEU 1 : 23



« Voici, la vierge sera enceinte, elle enfantera un fils, et on lui donnera le nom d'Emmanuel, ce qui signifie Dieu avec nous. »




PDF Downloads:


████████████████████████████████████████████████████████████████████████


Lecture Alternée: Matthieu 2 : 2; Ésaïe 9 : 5, 6; Ésaïe 11 : 2, 4, 6


2.     Nous avons vu son étoile en Orient, et nous sommes venus pour l'adorer.

5.     Car un enfant nous est né, un fils nous est donné, et la domination reposera sur son épaule ; on l'appellera Admirable, Conseiller, Dieu puissant, Père éternel, Prince de la paix.

6.     Donner à l'empire de l'accroissement, et une paix sans fin au trône de David et à son royaume, l'affermir et le soutenir par le droit et par la justice, dès maintenant et à toujours : voilà ce que fera le zèle de l'Éternel des armées.

2.     L'Esprit de l'Éternel reposera sur lui : Esprit de sagesse et d'intelligence, Esprit de conseil et de force, Esprit de connaissance et de crainte de l'Éternel.

4.     Mais il jugera les pauvres avec équité, et il prononcera avec droiture sur les malheureux de la terre.

6.     Le loup habitera avec l'agneau, et la panthère se couchera avec le chevreau ; le veau, le lionceau, et le bétail qu'on engraisse, seront ensemble, et un petit enfant les conduira.



La Leçon Sermon



La Bible


1. Ésaïe 9 : 1

1     Le peuple qui marchait dans les ténèbres voit une grande lumière ; sur ceux qui habitaient le pays de l'ombre de la mort une lumière resplendit.

2. Luc 1 : 26-38, 46-49

26     Au sixième mois, l'ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée, appelée Nazareth,

27     Auprès d'une vierge fiancée à un homme de la maison de David, nommé Joseph. Le nom de la vierge était Marie.

28     L'ange entra chez elle, et dit : Je te salue, toi à qui une grâce a été faite ; le Seigneur est avec toi.

29     Troublée par cette parole, Marie se demandait ce que pouvait signifier une telle salutation.

30     L'ange lui dit : Ne crains point, Marie ; car tu as trouvé grâce devant Dieu.

31     Et voici, tu deviendras enceinte, et tu enfanteras un fils, et tu lui donneras le nom de Jésus.

32     Il sera grand et sera appelé Fils du Très Haut, et le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David, son père.

33     Il règnera sur la maison de Jacob éternellement, et son règne n'aura point de fin.

34     Marie dit à l'ange : Comment cela se fera-t-il, puisque je ne connais point d'homme ?

35     L'ange lui répondit : Le Saint Esprit viendra sur toi, et la puissance du Très Haut te couvrira de son ombre. C'est pourquoi le saint enfant qui naîtra de toi sera appelé Fils de Dieu.

36     Voici, Élisabeth, ta parente, a conçu, elle aussi, un fils en sa vieillesse, et celle qui était appelée stérile est dans son sixième mois.

37     Car rien n'est impossible à Dieu.

38     Marie dit : Je suis la servante du Seigneur ; qu'il me soit fait selon ta parole ! Et l'ange la quitta.

46     Et Marie dit : Mon âme exalte le Seigneur,

47     Et mon esprit se réjouit en Dieu, mon Sauveur,

48     Parce qu'il a jeté les yeux sur la bassesse de sa servante. Car voici, désormais toutes les générations me diront bienheureuse,

49     Parce que le Tout Puissant a fait pour moi de grandes choses. Son nom est saint.

3. Luc 2 : 1, 3-14, 40

1     En ce temps-là parut un édit de César Auguste, ordonnant un recensement de toute la terre.

3     Tous allaient se faire inscrire, chacun dans sa ville.

4     Joseph aussi monta de la Galilée, de la ville de Nazareth, pour se rendre en Judée, dans la ville de David, appelée Bethléhem, parce qu'il était de la maison et de la famille de David,

5     Afin de se faire inscrire avec Marie, sa fiancée, qui était enceinte.

6     Pendant qu'ils étaient là, le temps où Marie devait accoucher arriva,

7     Et elle enfanta son fils premier-né. Elle l'emmaillota, et le coucha dans une crèche, parce qu'il n'y avait pas de place pour eux dans l'hôtellerie.

8     Il y avait, dans cette même contrée, des bergers qui passaient dans les champs les veilles de la nuit pour garder leurs troupeaux.

9     Et voici, un ange du Seigneur leur apparut, et la gloire du Seigneur resplendit autour d'eux. Ils furent saisis d'une grande frayeur.

10     Mais l'ange leur dit : Ne craignez point ; car je vous annonce une bonne nouvelle, qui sera pour tout le peuple le sujet d'une grande joie :

11     C'est qu'aujourd'hui, dans la ville de David, il vous est né un Sauveur, qui est le Christ, le Seigneur.

12     Et voici à quel signe vous le reconnaîtrez : vous trouverez un enfant emmailloté et couché dans une crèche.

13     Et soudain il se joignit à l'ange une multitude de l'armée céleste, louant Dieu et disant :

14     Gloire à Dieu dans les lieux très hauts, et paix sur la terre parmi les hommes qu'il agrée !

40     Or, l'enfant croissait et se fortifiait. Il était rempli de sagesse, et la grâce de Dieu était sur lui.

4. Matthieu 9 : 35

35     Jésus parcourait toutes les villes et les villages, enseignant dans les synagogues, prêchant la bonne nouvelle du royaume, et guérissant toute maladie et toute infirmité.

5. Matthieu 14 : 14-21, 35, 36

14     Quand il sortit de la barque, il vit une grande foule, et fut ému de compassion pour elle, et il guérit les malades.

15     Le soir étant venu, les disciples s'approchèrent de lui, et dirent : Ce lieu est désert, et l'heure est déjà avancée ; renvoie la foule, afin qu'elle aille dans les villages, pour s'acheter des vivres.

16     Jésus leur répondit : Ils n'ont pas besoin de s'en aller ; donnez-leur vous-mêmes à manger.

17     Mais ils lui dirent : Nous n'avons ici que cinq pains et deux poissons.

18     Et il dit : Apportez-les-moi.

19     Il fit asseoir la foule sur l'herbe, prit les cinq pains et les deux poissons, et, levant les yeux vers le ciel, il rendit grâces. Puis, il rompit les pains et les donna aux disciples, qui les distribuèrent à la foule.

20     Tous mangèrent et furent rassasiés, et l'on emporta douze paniers pleins des morceaux qui restaient.

21     Ceux qui avaient mangé étaient environ cinq mille hommes, sans les femmes et les enfants.

35     Les gens de ce lieu, ayant reconnu Jésus, envoyèrent des messagers dans tous les environs, et on lui amena tous les malades.

36     Ils le prièrent de leur permettre seulement de toucher le bord de son vêtement. Et tous ceux qui le touchèrent furent guéris.

6. Apocalypse 22 : 16

16     Moi, Jésus, j'ai envoyé mon ange pour vous attester ces choses dans les Églises. Je suis le rejeton et la postérité de David, l'étoile brillante du matin.



Science et Santé


1. vii : 1-14

Pour ceux qui s’appuient sur l’infini, soutien constant, aujourd’hui est riche en bienfaits. Le berger vigilant voit les premières faibles lueurs de l’aube, avant que ne paraisse toute la splendeur d’un jour nouveau. Ainsi brillait la pâle étoile pour les bergers-prophètes ; cependant elle traversa la nuit et vint à l’endroit où, dans l’obscure crèche, était couché le petit enfant de Bethléhem, le héraut humain du Christ, la Vérité, qui devait rendre clair à la compréhension enténébrée le chemin du salut par Christ Jésus, jusqu’à ce que, traversant une nuit d’erreur, se lève la lumière du matin et brille l’étoile conductrice de l’être. Les Mages furent conduits à voir et à suivre cette étoile du matin de la Science divine, qui éclaire le chemin menant à l’harmonie éternelle.

2. 95 : 26-30

Guidés par une étoile solitaire à travers les ténèbres, les Mages de jadis prédirent la mission messianique de la Vérité. Ajoute-t-on foi au sage d’aujourd’hui, lorsqu’il aperçoit la lumière qui annonce l’aurore éternelle du Christ et en décrit la splendeur ?

3. 29 : 14-8

Ceux qui sont instruits dans la Science Chrétienne sont arrivés à la glorieuse perception du fait que Dieu est le seul auteur de l’homme. La Vierge Mère conçut cette idée de Dieu, et donna à son idéal le nom de Jésus — c’est-à-dire Josué, ou Sauveur.

L’illumination du sens spirituel de Marie réduisit au silence la loi matérielle et son mode de génération, et fit naître son enfant par la révélation de la Vérité, démontrant par là que Dieu est le Père des hommes. Le Saint-Esprit, ou Esprit divin, protégea la conception pure de la Vierge Mère par la pleine perception que l’être est Esprit. Le Christ fut de toute éternité une idée dans le sein de Dieu, le Principe divin de l’homme Jésus, et la femme perçut cette idée spirituelle, bien que celle-ci fût tout d’abord à peine développée.

L’homme en tant qu’enfant de Dieu, qu’idée de l’Esprit, est la preuve immortelle que l’Esprit est harmonieux et que l’homme est éternel. Jésus était le fruit de la communion consciente de Marie avec Dieu. Par conséquent il pouvait, mieux que d’autres hommes, donner une idée plus spirituelle de la vie, et il pouvait démontrer la Science de l’Amour — son Père ou Principe divin.

Jésus étant né d’une femme, son avènement dans la chair participait à un certain degré de la condition terrestre de Marie, bien qu’il fût doué sans mesure du Christ, de l’Esprit divin.

4. 332 : 26-32

Marie le conçut spirituellement, car seule la pureté pouvait refléter la Vérité et l’Amour, qui étaient visiblement incarnés dans le bon et pur Christ Jésus. Il exprimait le modèle le plus élevé de la divinité qu’une forme charnelle pût exprimer à cette époque. L’élément charnel ne peut pénétrer dans l’homme réel et idéal.

5. 170 : 25-18

La causation spirituelle est l’unique question à considérer, car, plus que toute autre question, la causation spirituelle a trait au progrès humain. Il semble que notre siècle soit prêt à aborder ce sujet, à méditer tant soit peu la suprématie de l’Esprit, et à toucher au moins le bord du vêtement de la Vérité.

La description de l’homme comme purement physique, ou à la fois matériel et spirituel — mais dépendant dans l’un ou l’autre cas de son organisme physique — c’est la boîte de Pandore d’où sont sortis tous les maux, surtout le désespoir. La matière, qui s’approprie le pouvoir divin et prétend être créatrice, est une fiction dans laquelle le paganisme et la luxure sont tellement admis par le monde que l’humanité a subi leur contagion morale.

Grâce à son discernement de l’opposé spirituel de la matérialité, voire le chemin par le Christ, la Vérité, l’homme rouvrira avec la clef de la Science divine les portes du Paradis que les croyances humaines ont fermées, et il se trouvera non déchu, mais droit, pur et libre, n’ayant pas besoin de consulter des almanachs pour y découvrir les probabilités concernant sa vie ou le temps, n’ayant pas besoin de se livrer à l’étude du cerveau pour apprendre jusqu’à quel point il est homme.

L’empire de l’Entendement sur l’univers, y compris l’homme, n’est plus une question à débattre, mais c’est la Science démontrable. Jésus illustra le Principe divin et le pouvoir de l’Entendement immortel en guérissant la maladie et le péché et en détruisant les bases de la mort.

6. 315 : 23-8

L’origine et la compréhension spirituelles de Jésus lui permirent de démontrer les faits de l’être — de prouver d’une manière irréfutable comment la Vérité spirituelle détruit l’erreur matérielle, guérit la maladie et triomphe de la mort. La conception divine de Jésus mit l’accent sur cette vérité et présenta une illustration de la création. L’histoire de Jésus montre qu’il était plus spirituel qu’aucune autre personnalité terrestre.

Ayant pour une part revêtu une forme humaine (du moins à ce qu’il semblait à la vue mortelle), et ayant été conçu par une mère humaine, Jésus fut le médiateur entre l’Esprit et la chair, entre la Vérité et l’erreur. Expliquant et démontrant le chemin de la Science divine, il devint la voie du salut pour tous ceux qui acceptaient sa parole. Par lui les mortels peuvent apprendre à échapper au mal. L’homme réel étant lié par la Science à son Créateur, les mortels n’ont qu’à se détourner du péché et à perdre de vue le moi mortel pour trouver le Christ, l’homme réel et sa relation à Dieu, et pour reconnaître la filialité divine.

7. 286 : 12-15

Du commencement à la fin, la causation physique fut écartée par cet homme originel, Jésus. Il savait que le Principe divin, l’Amour, crée et gouverne tout ce qui est réel.

8. 273 : 26-31

Jésus marcha sur les flots, nourrit la multitude, guérit les malades et ressuscita les morts en opposition directe avec les lois matérielles. Ses actes étaient la démonstration de la Science, maîtrisant les fausses prétentions du sens matériel ou loi matérielle.

9. 547 : 31-8

La pensée inspirée renonce à la théorie matérielle, sensuelle et mortelle de l’univers, et adopte le spirituel et l’immortel.

C’est cette perception spirituelle de l’Écriture qui élève l’humanité au-dessus de la maladie et de la mort, et qui inspire la foi. « L’Esprit et l’épouse disent : Viens !... que celui qui veut, prenne de l’eau de la vie, gratuitement. » La Science Chrétienne sépare l’erreur de la vérité, et à travers les pages sacrées elle insuffle le sens spirituel de vie, de substance et d’intelligence. Dans cette Science nous découvrons l’homme à l’image et à la ressemblance de Dieu. Nous voyons que l’homme n’a jamais perdu son état spirituel ni son harmonie éternelle.

10. 109 : 28-30

Lorsqu’une nouvelle idée spirituelle est transmise à la terre, cette parole prophétique d’Ésaïe est à nouveau accomplie : « Un enfant nous est né... on l’appellera Admirable. »


████████████████████████████████████████████████████████████████████████


Les Devoirs Quotidiens

de Mary Baker Eddy

Prière quotidienne

Il sera du devoir de tout membre de cette Église de prier chaque jour : « Que Ton règne vienne » ; que le règne de la Vérité, de la Vie et de l’Amour divins soit établi en moi, et élimine de moi tout péché ; et puisse Ta Parole enrichir les affections de toute l’humanité et la gouverner !q

Manuel de l’Église, Article VIII, Sect. 4

Règle pour les mobiles et les actes

Ni l’animosité, ni un attachement purement personnel ne doivent déterminer les mobiles ou les actes des membres de l’Église Mère. Dans la Science, l’Amour divin seul gouverne l’homme ; et un Scientiste Chrétien reflète les douces aménités de l’Amour, en réprouvant le péché, et en manifestant un véritable esprit de fraternité, de charité et de pardon. Les membres de cette Église doivent journellement veiller et prier pour être délivrés de tout mal, pour ne pas prophétiser, juger, condamner, conseiller, influencer ou être influencés d’une manière erronée.

Manuel de l’Église, Article VIII, Sect. 1

Vigilance face au devoir

Il sera du devoir de chaque membre de cette Église de se défendre journellement contre la suggestion mentale agressive, et de ne pas se laisser entraîner à oublier ou à négliger son devoir envers Dieu, envers son Leader et envers l’humanité. Par ses œuvres, il sera jugé — et justifié ou condamné.

Manuel de l’Église, Article VIII, Sect. 6


████████████████████████████████████████████████████████████████████████