Dimanche 23 Septembre 2018 |

Dimanche 23 Septembre 2018



Sujet — Christian Science

Texte D’or : I Pierre 4 : 10



« Comme de bons dispensateurs des diverses grâces de Dieu, que chacun de vous mette au service des autres le don qu'il a reçu. »




PDF Downloads:


████████████████████████████████████████████████████████████████████████


Lecture Alternée: I Jean 4 : 7-9, 11, 20, 21


7.     Bien-aimés, aimons nous les uns les autres ; car l'amour est de Dieu, et quiconque aime est né de Dieu et connaît Dieu.

8.     Celui qui n'aime pas n'a pas connu Dieu, car Dieu est amour.

9.     L'amour de Dieu a été manifesté envers nous en ce que Dieu a envoyé son Fils unique dans le monde, afin que nous vivions par lui.

11.     Bien-aimés, si Dieu nous a ainsi aimés, nous devons aussi nous aimer les uns les autres.

20.     Si quelqu'un dit : J'aime Dieu, et qu'il haïsse son frère, c'est un menteur ; car celui qui n'aime pas son frère qu'il voit, comment peut-il aimer Dieu qu'il ne voit pas ?

21.     Et nous avons de lui ce commandement : que celui qui aime Dieu aime aussi son frère.



La Leçon Sermon



La Bible


1. Colossiens 3 : 1, 12, 14

1     Si donc vous êtes ressuscités avec Christ, cherchez les choses d'en haut, où Christ est assis à la droite de Dieu.

12     Ainsi donc, comme des élus de Dieu, saints et bien-aimés, revêtez-vous d'entrailles de miséricorde, de bonté, d'humilité, de douceur, de patience.

14     Mais par-dessus toutes ces choses revêtez-vous de la charité, qui est le lien de la perfection.

2. Luc 6 : 9 (Et Jésus, puis dit) seulement, 31, 32, 37, 47, 48

9     Et Jésus … dit :

31     Ce que vous voulez que les hommes fassent pour vous, faites-le de même pour eux.

32     Si vous aimez ceux qui vous aiment, quel gré vous en saura-t-on ? Les pécheurs aussi aiment ceux qui les aiment.

37     Ne jugez point, et vous ne serez point jugés ; ne condamnez point, et vous ne serez point condamnés ; absolvez, et vous serez absous.

47     Je vous montrerai à qui est semblable tout homme qui vient à moi, entend mes paroles, et les met en pratique.

48     Il est semblable à un homme qui, bâtissant une maison, a creusé, creusé profondément, et a posé le fondement sur le roc. Une inondation est venue, et le torrent s'est jeté contre cette maison, sans pouvoir l'ébranler, parce qu'elle était bien bâtie.

3. Luc 10 : 25-37

25     Un docteur de la loi se leva, et dit à Jésus, pour l'éprouver : Maître, que dois-je faire pour hériter la vie éternelle ?

26     Jésus lui dit : Qu'est-il écrit dans la loi ? Qu'y lis-tu ?

27     Il répondit : Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta force, et de toute ta pensée ; et ton prochain comme toi-même.

28     Tu as bien répondu, lui dit Jésus ; fais cela, et tu vivras.

29     Mais lui, voulant se justifier, dit à Jésus : Et qui est mon prochain ?

30     Jésus reprit la parole, et dit : Un homme descendait de Jérusalem à Jéricho. Il tomba au milieu des brigands, qui le dépouillèrent, le chargèrent de coups, et s'en allèrent, le laissant à demi mort.

31     Un sacrificateur, qui par hasard descendait par le même chemin, ayant vu cet homme, passa outre.

32     Un Lévite, qui arriva aussi dans ce lieu, l'ayant vu, passa outre.

33     Mais un Samaritain, qui voyageait, étant venu là, fut ému de compassion lorsqu'il le vit.

34     Il s'approcha, et banda ses plaies, en y versant de l'huile et du vin ; puis il le mit sur sa propre monture, le conduisit à une hôtellerie, et prit soin de lui.

35     Le lendemain, il tira deux deniers, les donna à l'hôte, et dit : Aie soin de lui, et ce que tu dépenseras de plus, je te le rendrai à mon retour.

36     Lequel de ces trois te semble avoir été le prochain de celui qui était tombé au milieu des brigands ?

37     C'est celui qui a exercé la miséricorde envers lui, répondit le docteur de la loi. Et Jésus lui dit : Va, et toi, fais de même.

4. Jean 13 : 1, 4-8, 12-15, 34

1     Avant la fête de Pâque, Jésus, sachant que son heure était venue de passer de ce monde au Père, et ayant aimé les siens qui étaient dans le monde, mit le comble à son amour pour eux.

4     [Il] se leva de table, ôta ses vêtements, et prit un linge, dont il se ceignit.

5     Ensuite il versa de l'eau dans un bassin, et il se mit à laver les pieds des disciples, et à les essuyer avec le linge dont il était ceint.

6     Il vint donc à Simon Pierre ; et Pierre lui dit : Toi, Seigneur, tu me laves les pieds !

7     Jésus lui répondit : Ce que je fais, tu ne le comprends pas maintenant, mais tu le comprendras bientôt.

8     Pierre lui dit : Non, jamais tu ne me laveras les pieds. Jésus lui répondit : Si je ne te lave, tu n'auras point de part avec moi.

12     Après qu'il leur eut lavé les pieds, et qu'il eut pris ses vêtements, il se remit à table, et leur dit : Comprenez-vous ce que je vous ai fait ?

13     Vous m'appelez Maître et Seigneur ; et vous dites bien, car je le suis.

14     Si donc je vous ai lavé les pieds, moi, le Seigneur et le Maître, vous devez aussi vous laver les pieds les uns aux autres ;

15     Car je vous ai donné un exemple, afin que vous fassiez comme je vous ai fait.

34     Je vous donne un commandement nouveau : Aimez-vous les uns les autres ; comme je vous ai aimés, vous aussi, aimez-vous les uns les autres.

5. I Corinthiens 13 : 1-4, 7, 8 (jusqu’au 1er.), 13

1     Quand je parlerais les langues des hommes et des anges, si je n'ai pas la charité, je suis un airain qui résonne, ou une cymbale qui retentit.

2     Et quand j'aurais le don de prophétie, la science de tous les mystères et toute la connaissance, quand j'aurais même toute la foi jusqu'à transporter des montagnes, si je n'ai pas la charité, je ne suis rien.

3     Et quand je distribuerais tous mes biens pour la nourriture des pauvres, quand je livrerais même mon corps pour être brûlé, si je n'ai pas la charité, cela ne me sert de rien.

4     La charité est patiente, elle est pleine de bonté ; la charité n'est point envieuse ; la charité ne se vante point, elle ne s'enfle point d'orgueil,

7     Elle excuse tout, elle croit tout, elle espère tout, elle supporte tout.

8     La charité ne périt jamais.

13     Maintenant donc ces trois choses demeurent : la foi, l'espérance, la charité ; mais la plus grande de ces choses, c'est la charité.



Science et Santé


1. 113 : 6-7

La partie vitale, le cœur et l’âme de la Science Chrétienne, c’est l’Amour.

2. 35 : 23-28

Notre église est bâtie sur le Principe divin, l’Amour. Nous ne pouvons nous unir à cette église que dans la mesure où nous sommes nés à nouveau de l’Esprit, où nous atteignons à la Vie qui est la Vérité, et à la Vérité qui est la Vie, en produisant les fruits de l’Amour — en chassant l’erreur et en guérissant les malades.

3. 495 : 29-34

Question. — Comment puis-je avancer le plus rapidement dans la compréhension de la Science Chrétienne ?

Réponse. — Étudiez-en à fond la lettre et absorbez-en l’esprit. Adhérez au Principe divin de la Science Chrétienne et suivez les commandements de Dieu, en demeurant ferme dans la sagesse, la Vérité et l’Amour.

4. 496 : 6-8, 9 (Posez)-20

Vous apprendrez que, en Science Chrétienne, le premier devoir est d’obéir à Dieu, d’avoir un seul Entendement et d’aimer les autres comme vous-même.

Posez-vous ces questions : Est-ce que je me conforme à la vie qui s’approche du souverain bien? Est-ce que je démontre le pouvoir guérisseur de la Vérité et de l’Amour ? S’il en est ainsi, alors le sentier s’éclairera « jusqu’à ce que le jour soit dans sa splendeur ». Vos fruits prouveront ce que la compréhension de Dieu apporte à l’homme. Retenez perpétuellement cette pensée — que c’est l’idée spirituelle, le Saint-Esprit et le Christ, qui vous met à même de démontrer, avec une certitude scientifique, la règle de la guérison, basée sur son Principe divin, l’Amour, qui soutient, protège et environne tout l’être véritable.

5. 467 : 9-12

Il faudrait comprendre parfaitement que tous les hommes ont un seul Entendement, un seul Dieu et Père, une seule Vie, une seule Vérité et un seul Amour.

6. 19 : 7-12

Jésus aida à réconcilier l’homme avec Dieu en donnant à l’homme un sens plus vrai de l’Amour, le Principe divin des enseignements de Jésus, et ce sens plus vrai de l’Amour rachète l’homme de la loi de la matière, du péché et de la mort par la loi de l’Esprit, la loi de l’Amour divin.

7. 462 : 2-9

Certaines personnes assimilent la vérité plus facilement que d’autres, mais tout élève qui adhère aux règles divines de la Science Chrétienne et se pénètre de l’esprit du Christ peut démontrer la Science Chrétienne, chasser l’erreur, guérir les malades, et continuellement augmenter ses trésors de compréhension spirituelle, de puissance, de lumière et de succès.

8. 460 : 19-26

Si ceux qui n’ont qu’une connaissance superficielle de la Science mésusent de la guérison chrétienne, celle-ci devient une ennuyeuse semeuse de discorde. Au lieu d’opérer scientifiquement une guérison, elle ouvre un misérable feu croisé sur les infirmes et les maladies en leur jetant à la tête cette froide et superficielle déclaration : « Vous n’avez rien du tout. »

9. 365 : 34-2

Le pauvre cœur qui souffre a besoin de sa nourriture légitime — la paix, la patience dans la tribulation et un sens inestimable de la bonté du Père plein d’amour.

10. 454 : 19-24

L’amour pour Dieu et pour l’homme est le vrai mobile à la fois pour guérir et pour enseigner. L’Amour révèle le chemin, l’illumine, le désigne, et nous y guide. Les bons motifs donnent des ailes à la pensée, de la force et de la liberté à la parole et à l’action. L’amour est prêtre à l’autel de la Vérité.

11. 366 : 12-21, 30-9

Le médecin qui manque de sympathie à l’égard de son semblable est dépourvu d’affection humaine, et nous avons l’autorité apostolique pour demander : « Celui qui n’aime pas son frère qu’il voit, comment peut-il aimer Dieu qu’il ne voit pas ? » Dépourvu de cette affection spirituelle, le médecin manque de foi en l’Entendement divin et il n’a pas cette récognition de l’Amour infini qui seule confère le pouvoir guérisseur. De tels soi-disant Scientistes couleront les moucherons, tandis qu’ils avaleront les chameaux de la pédanterie bigote.

Si nous voulons ouvrir aux malades les portes de leur prison, nous devons d’abord apprendre à panser les cœurs brisés. Si nous voulons guérir par l’Esprit, nous ne devons pas cacher le talent de la guérison spirituelle sous l’enveloppe du formalisme, ni ensevelir la morale de la Science Chrétienne dans le linceul de la lettre. Un mot de tendresse et d’encouragement chrétien adressé à un malade, une patience compatissante à l’égard de ses craintes et la suppression de celles-ci valent mieux que des hécatombes d’abondantes théories, des discours empruntés et stéréotypés, et la distribution d’arguments qui ne sont qu’autant de parodies de la vraie Science Chrétienne, embrasée d’Amour divin.

12. 451 : 2-7

Les Scientistes Chrétiens doivent vivre sous la pression constante du commandement apostolique qui ordonne de sortir du monde matériel et de s’en séparer. Ils doivent renoncer à l’agression, à l’oppression et à l’orgueil du pouvoir. Le christianisme, couronné d’Amour, doit être pour eux la reine de la vie.

13. 365 : 17-26

Si le Scientiste atteint son patient par l’Amour divin, l’œuvre de guérison sera accomplie en une seule visite et la maladie s’évanouira en son néant primitif, comme la rosée disparaît au soleil du matin. Si le Scientiste a assez d’affection chrétienne pour gagner son propre pardon et une approbation semblable à celle que Marie-Madeleine obtint de Jésus, alors il est assez chrétien pour traiter ses patients scientifiquement et user de compassion envers eux ; et le résultat correspondra à l’intention spirituelle.

14. 192 : 32-35

Le christianisme est la base de la vraie guérison. Tout ce qui maintient la pensée humaine dans la voie de l’amour dégagé du moi reçoit directement le pouvoir divin.

15. 572 : 14-19

L’Amour accomplit la loi de la Science Chrétienne, et rien d’autre que ce Principe divin, compris et démontré, ne pourra jamais produire la vision de l’Apocalypse, ouvrir les sept sceaux de l’erreur avec la Vérité, ni dévoiler les innombrables illusions du péché, de la maladie et de la mort.


████████████████████████████████████████████████████████████████████████


Les Devoirs Quotidiens

de Mary Baker Eddy

Prière quotidienne

Il sera du devoir de tout membre de cette Église de prier chaque jour : « Que Ton règne vienne » ; que le règne de la Vérité, de la Vie et de l’Amour divins soit établi en moi, et élimine de moi tout péché ; et puisse Ta Parole enrichir les affections de toute l’humanité et la gouverner !q

Manuel de l’Église, Article VIII, Sect. 4

Règle pour les mobiles et les actes

Ni l’animosité, ni un attachement purement personnel ne doivent déterminer les mobiles ou les actes des membres de l’Église Mère. Dans la Science, l’Amour divin seul gouverne l’homme ; et un Scientiste Chrétien reflète les douces aménités de l’Amour, en réprouvant le péché, et en manifestant un véritable esprit de fraternité, de charité et de pardon. Les membres de cette Église doivent journellement veiller et prier pour être délivrés de tout mal, pour ne pas prophétiser, juger, condamner, conseiller, influencer ou être influencés d’une manière erronée.

Manuel de l’Église, Article VIII, Sect. 1

Vigilance face au devoir

Il sera du devoir de chaque membre de cette Église de se défendre journellement contre la suggestion mentale agressive, et de ne pas se laisser entraîner à oublier ou à négliger son devoir envers Dieu, envers son Leader et envers l’humanité. Par ses œuvres, il sera jugé — et justifié ou condamné.

Manuel de l’Église, Article VIII, Sect. 6


████████████████████████████████████████████████████████████████████████