Dimanche 26 Août 2018 |

Dimanche 26 Août 2018



Sujet — Christ Jésus

Texte D’or : Apocalypse 1 : 5, 6



« Jésus Christ, le témoin fidèle, a fait de nous un royaume, des sacrificateurs pour Dieu son Père ; à lui soient la gloire et la puissance, aux siècles des siècles ! »




PDF Downloads:


████████████████████████████████████████████████████████████████████████


Lecture Alternée: Apocalypse 19 : 11-16


11.     Puis je vis le ciel ouvert, et voici, parut un cheval blanc. Celui qui le montait s'appelle Fidèle et Véritable, et il juge et combat avec justice.

12.     Ses yeux étaient comme une flamme de feu ; sur sa tête étaient plusieurs diadèmes ; il avait un nom écrit, que personne ne connaît, si ce n'est lui-même ;

13.     Et il était revêtu d'un vêtement teint de sang. Son nom est la Parole de Dieu.

14.     Les armées qui sont dans le ciel le suivaient sur des chevaux blancs, revêtues d'un fin lin, blanc, pur.

15.     De sa bouche sortait une épée aiguë, pour frapper les nations ; il les paîtra avec une verge de fer ; et il foulera la cuve du vin de l'ardente colère du Dieu tout puissant.

16.     Il avait sur son vêtement et sur sa cuisse un nom écrit : Roi des rois et Seigneur des seigneurs.



La Leçon Sermon



La Bible


1. Malachie 3 : 1-3

1     Voici, j'enverrai mon messager ; il préparera le chemin devant moi. Et soudain entrera dans son temple le Seigneur que vous cherchez ; et le messager de l'alliance que vous désirez, voici, il vient, dit l'Éternel des armées.

2     Qui pourra soutenir le jour de sa venue ? Qui restera debout quand il paraîtra ? Car il sera comme le feu du fondeur, comme la potasse des foulons.

3     Il s'assiéra, fondra et purifiera l'argent ; il purifiera les fils de Lévi, il les épurera comme on épure l'or et l'argent, et ils présenteront à l'Éternel des offrandes avec justice.

2. Luc 4 : 1-15, 22-41

1     Jésus, rempli du Saint Esprit, revint du Jourdain, et il fut conduit par l'Esprit dans le désert,

2     Où il fut tenté par le diable pendant quarante jours. Il ne mangea rien durant ces jours-là, et, après qu'ils furent écoulés, il eut faim.

3     Le diable lui dit : Si tu es Fils de Dieu, ordonne à cette pierre qu'elle devienne du pain.

4     Jésus lui répondit : Il est écrit : L'Homme ne vivra pas de pain seulement.

5     Le diable, l'ayant élevé, lui montra en un instant tous les royaumes de la terre,

6     Et lui dit : Je te donnerai toute cette puissance, et la gloire de ces royaumes ; car elle m'a été donnée, et je la donne à qui je veux.

7     Si donc tu te prosternes devant moi, elle sera toute à toi.

8     Jésus lui répondit : Il est écrit : Tu adoreras le Seigneur, ton Dieu, et tu le serviras lui seul.

9     Le diable le conduisit encore à Jérusalem, le plaça sur le haut du temple, et lui dit : Si tu es Fils de Dieu, jette-toi d'ici en bas ; car il est écrit :

10     Il donnera des ordres à ses anges à ton sujet, afin qu'ils te gardent ;

11     Et : Ils te porteront sur les mains, de peur que ton pied ne heurte contre une pierre.

12     Jésus lui répondit : Il es dit : Tu ne tenteras point le Seigneur, ton Dieu.

13     Après l'avoir tenté de toutes ces manières, le diable s'éloigna de lui jusqu'à un moment favorable.

14     Jésus, revêtu de la puissance de l'Esprit, retourna en Galilée, et sa renommée se répandit dans tout le pays d'alentour.

15     Il enseignait dans les synagogues, et il était glorifié par tous.

22     Et tous lui rendaient témoignage ; ils étaient étonnés des paroles de grâce qui sortaient de sa bouche, et ils disaient : N'est-ce pas le fils de Joseph ?

23     Jésus leur dit : Sans doute vous m'appliquerez ce proverbe : Médecin, guéris-toi toi- même ; et vous me direz : Fais ici, dans ta patrie, tout ce que nous avons appris que tu as fait à Capernaüm.

24     Mais, ajouta-t-il, je vous le dis en vérité, aucun prophète n'est bien reçu dans sa patrie.

25     Je vous le dis en vérité : il y avait plusieurs veuves en Israël du temps d'Élie, lorsque le ciel fut fermé trois ans et six mois et qu'il y eut une grande famine sur toute la terre ;

26     Et cependant Élie ne fut envoyé vers aucune d'elles, si ce n'est vers une femme veuve, à Sarepta, dans le pays de Sidon.

27     Il y avait aussi plusieurs lépreux en Israël du temps d'Élisée, le prophète ; et cependant aucun d'eux ne fut purifié, si ce n'est Naaman le Syrien.

28     Ils furent tous remplis de colère dans la synagogue, lorsqu'ils entendirent ces choses.

29     Et s'étant levés, ils le chassèrent de la ville, et le menèrent jusqu'au sommet de la montagne sur laquelle leur ville était bâtie, afin de le précipiter en bas.

30     Mais Jésus, passant au milieu d'eux, s'en alla.

31     Il descendit à Capernaüm, ville de la Galilée ; et il enseignait, le jour du sabbat.

32     On était frappé de sa doctrine ; car il parlait avec autorité.

33     Il se trouva dans la synagogue un homme qui avait un esprit de démon impur, et qui s'écria d'une voix forte :

34     Ah ! qu'y a-t-il entre nous et toi, Jésus de Nazareth ? Tu es venu pour nous perdre. Je sais qui tu es : le Saint de Dieu.

35     Jésus le menaça, disant : Tais-toi, et sors de cet homme. Et le démon le jeta au milieu de l'assemblée, et sortit de lui, sans lui faire aucun mal.

36     Tous furent saisis de stupeur, et ils se disaient les uns aux autres : Quelle est cette parole ? il commande avec autorité et puissance aux esprits impurs, et ils sortent !

37     Et sa renommée se répandit dans tous les lieux d'alentour.

38     En sortant de la synagogue, il se rendit à la maison de Simon. La belle-mère de Simon avait une violente fièvre, et ils le prièrent en sa faveur.

39     S'étant penché sur elle, il menaça la fièvre, et la fièvre la quitta. A l'instant elle se leva, et les servit.

40     Après le couché du soleil, tous ceux qui avaient des malades atteints de diverses maladies les lui amenèrent. Il imposa les mains à chacun d'eux, et il les guérit.

41     Des démons aussi sortirent de beaucoup de personnes, en criant et en disant : Tu es le Fils de Dieu. Mais il les menaçait et ne leur permettait pas de parler, parce qu'ils savaient qu'il était le Christ.

3. Matthieu 21 : 12-14

12     Jésus entra dans le temple de Dieu. Il chassa tous ceux qui vendaient et qui achetaient dans le temple ; il renversa les tables des changeurs, et les sièges des vendeurs de pigeons.

13     Et il leur dit : Il est écrit : Ma maison sera appelée une maison de prière. Mais vous, vous en faites une caverne de voleurs.

14     Des aveugles et des boiteux s'approchèrent de lui dans le temple. Et il les guérit.

4. II Timothée 4 : 1 (jusqu’à la 1ère,), 2, 22

1     Je t'en conjure devant Dieu et devant Jésus Christ,

2     Prêche la parole, insiste en toute occasion, favorable ou non, reprends, censure, exhorte, avec toute douceur et en instruisant.

22     Que le Seigneur soit avec ton esprit ! Que la grâce soit avec vous !



Science et Santé


1. 583 : 12-13

CHRIST. La manifestation divine de Dieu, qui vient à la chair pour détruire l’erreur incarnée.

2. 589 : 16-18

JÉSUS. Le concept corporel et humain le plus élevé de l’idée divine, réprouvant et détruisant l’erreur et mettant en lumière l’immortalité de l’homme.

3. 30 : 20-27

En tant qu’idéal individuel de la Vérité, Christ Jésus vint pour réprouver l’erreur des rabbins et tout péché, toute maladie et la mort — pour montrer le chemin de la Vérité et de la Vie. Cet idéal fut démontré tout au long de la carrière terrestre de Jésus, ce qui marque la différence entre le rejeton de l’Ame et celui du sens matériel, entre le rejeton de la Vérité et celui de l’erreur.

4. 6 : 30-8

Nombre de personnes croient qu’un certain magistrat qui vivait du temps de Jésus laissa ce témoignage : « Sa censure est terrible. » Le langage vigoureux de notre Maître confirme cette appréciation.

La seule expression courtoise qu’il adressa jamais à l’erreur fut : « Arrière de moi, Satan ! » Les paroles que prononçait Jésus, lorsqu’il chassait les démons et guérissait les malades et les pécheurs, prouvent de façon encore plus convaincante que sa réprobation était acérée et mordante, et montrent la nécessité d’un langage aussi énergique. Renoncer à l’erreur, c’est priver le sens matériel de ses fausses prétentions.

5. 51 : 19-33

Son exemple parfait nous fut donné pour notre salut à tous, mais seulement à la condition que nous accomplissions les œuvres qu’il fit et enseigna aux autres à faire. Son intention en guérissant était de démontrer son Principe divin, et non pas uniquement de restaurer la santé. Il était inspiré par Dieu, par la Vérité et l’Amour, en tout ce qu’il disait et faisait. Les mobiles de ses persécuteurs étaient l’orgueil, l’envie, la cruauté et la vengeance, que subit le Jésus physique, mais qui étaient dirigés contre le Principe divin, l’Amour, qui réprouvait leur sensualité.

Jésus était sans égoïsme. Sa spiritualité le séparait du sensualisme, et lui valut la haine du matérialiste égoïste ; mais c’était cette spiritualité qui permit à Jésus de guérir les malades, de chasser le mal et de ressusciter les morts.

6. 52 : 1-11, 33-8

Dès sa plus tendre jeunesse il était occupé « des affaires de [son] Père ». Ses occupations étaient bien différentes de celles de ses persécuteurs. Son maître était l’Esprit ; leur maître était la matière. Il servait Dieu ; eux servaient mammon. Ses affections étaient pures ; les leurs étaient charnelles. Ses sens s’abreuvaient de l’évidence spirituelle de la santé, de la sainteté et de la vie ; leurs sens témoignaient du contraire, et se pénétraient de l’évidence matérielle du péché, de la maladie et de la mort.

Leurs imperfections et leur impureté sentaient le reproche toujours présent de sa perfection et de sa pureté.

Les accusations des pharisiens se contredisaient autant que leur religion. Le bigot, le débauché, l’hypocrite, appelaient Jésus un mangeur et un buveur. Ils disaient : « C’est par Béelzébul... qu’il chasse les démons » et il est l’« ami des publicains et des pécheurs »*. Cette dernière accusation était vraie, mais non comme ils l’entendaient. Jésus n’était pas un ascète. Il ne jeûnait pas comme les disciples de Jean-Baptiste ; cependant il n’a jamais existé d’homme aussi éloigné des appétits et des passions que le Nazaréen. Il réprouvait les pécheurs directement et fermement, parce qu’il était leur ami ; d’où vint qu’il eut à boire la coupe.

* Bible anglaise

7. 53 : 34-9

S’il avait partagé les croyances pécheresses des autres, il eût été moins sensible à ces croyances. Par la grandeur de sa vie humaine, il démontra la Vie divine. Grâce à la plénitude de sa pure affection, il définit l’Amour. Avec l’affluence de la Vérité, il vainquit l’erreur. Le monde ne reconnut pas sa justice, ne la voyant pas ; mais la terre reçut l’harmonie qu’introduisit son exemple glorifié.

Qui est prêt à se conformer à son enseignement et à suivre son exemple ? Il faut que tôt ou tard tous se basent sur le Christ, la vraie idée de Dieu.

8. 448 : 29-34

Si l’élève adhère strictement aux enseignements de la Science Chrétienne et ne se hasarde pas à enfreindre ses règles, il réussira certainement dans l’œuvre de guérison. La Science Chrétienne, c’est faire ce qui est juste, et seul, faire ce qui est juste peut prétendre à ce nom.

9. 570 : 32-16

Beaucoup sont disposés à ouvrir les yeux de leurs semblables sur le pouvoir du bien qui se trouve dans l’Entendement divin, mais ils ne sont pas aussi disposés à signaler le mal dans la pensée humaine, ni à mettre en évidence les moyens mentaux cachés par lesquels le mal accomplit l’iniquité.

Pourquoi cette répugnance, puisqu’il est nécessaire de dévoiler le mal pour être sûr de l’éviter ? Parce que les gens vous aiment mieux lorsque vous leur parlez de leurs vertus que lorsque vous leur parlez de leurs vices. Il faut avoir l’esprit de notre Maître bien-aimé pour faire voir à un homme ses défauts, au risque de provoquer le mécontentement humain, pour l’amour du bien et l’intérêt de l’humanité. Qui signale au genre humain l’ennemi en embuscade ? Celui qui dénonce le mal voit-il l’ennemi ? S’il en est ainsi, écoutez-le et soyez prudent. Échappez au mal et qualifiez d’administrateurs infidèles ceux qui ont vu le danger et cependant n’ont donné aucun avertissement.

10. 452 : 12-17

Lorsque l’erreur se présente à vous, n’épargnez pas la réprimande ou l’explication qui détruit l’erreur. Ne respirez jamais une atmosphère immorale à moins que ce ne soit dans le dessein de la purifier. Mieux vaut le frugal repas intellectuel avec le contentement et la vertu que le luxe du savoir avec l’égotisme et le vice.

11. 449 : 22-32

On voit moins l’influence néfaste des mauvaises fréquentations qu’on ne la ressent. L’inoculation de mauvaises pensées humaines devrait être comprise et l’on devrait s’en préserver. La première impression produite sur un entendement qui est attiré ou repoussé selon le mérite ou le démérite personnel constitue un bon élément pour discerner le caractère individuel. Certains entendements ne se rencontrent que pour se séparer en raison d’une répulsion simultanée. Ils sont ennemis sans s’être jamais offensés. Les impurs demeurent en paix avec les impurs. Seule la vertu est une réprobation pour le vice.

12. 571 : 17-23

En tous temps et en toutes circonstances surmontez le mal par le bien. Connais-toi toi-même, et Dieu te donnera la sagesse qu’il te faudra pour remporter une victoire sur le mal et II t’en fournira l’occasion. Revêtu de la panoplie de l’Amour vous êtes à l’abri de la haine humaine. Le ciment d’une plus noble humanité unira tous les intérêts dans la seule divinité.

13. 453 : 6-8

Le bien et le mal, la vérité et l’erreur, lutteront dans l’entendement des élèves jusqu’à ce que la victoire demeure du côté de la vérité invincible.

14. 174 : 19-23

Le tonnerre du Sinaï et le Sermon sur la Montagne poursuivent les siècles et les rejoindront, réprouvant toute erreur dans leur course et proclamant le royaume des cieux sur la terre. La Vérité est révélée. Il n’y a qu’à la mettre en pratique.


████████████████████████████████████████████████████████████████████████


Les Devoirs Quotidiens

de Mary Baker Eddy

Prière quotidienne

Il sera du devoir de tout membre de cette Église de prier chaque jour : « Que Ton règne vienne » ; que le règne de la Vérité, de la Vie et de l’Amour divins soit établi en moi, et élimine de moi tout péché ; et puisse Ta Parole enrichir les affections de toute l’humanité et la gouverner !q

Manuel de l’Église, Article VIII, Sect. 4

Règle pour les mobiles et les actes

Ni l’animosité, ni un attachement purement personnel ne doivent déterminer les mobiles ou les actes des membres de l’Église Mère. Dans la Science, l’Amour divin seul gouverne l’homme ; et un Scientiste Chrétien reflète les douces aménités de l’Amour, en réprouvant le péché, et en manifestant un véritable esprit de fraternité, de charité et de pardon. Les membres de cette Église doivent journellement veiller et prier pour être délivrés de tout mal, pour ne pas prophétiser, juger, condamner, conseiller, influencer ou être influencés d’une manière erronée.

Manuel de l’Église, Article VIII, Sect. 1

Vigilance face au devoir

Il sera du devoir de chaque membre de cette Église de se défendre journellement contre la suggestion mentale agressive, et de ne pas se laisser entraîner à oublier ou à négliger son devoir envers Dieu, envers son Leader et envers l’humanité. Par ses œuvres, il sera jugé — et justifié ou condamné.

Manuel de l’Église, Article VIII, Sect. 6


████████████████████████████████████████████████████████████████████████