Dimanche 29 Juillet 2018 |

Dimanche 29 Juillet 2018



Sujet — Amour

Texte D’or : 3 Jean 4



« Dieu est amour ; et celui qui demeure dans l'amour demeure en Dieu, et Dieu demeure en lui. »




PDF Downloads:


████████████████████████████████████████████████████████████████████████


Lecture Alternée: I Jean 4 : 17-19; II Pierre 1 : 3-8


17.     Tel il est, tels nous sommes aussi dans ce monde : c'est en cela que l'amour est parfait en nous, afin que nous ayons de l'assurance au jour du jugement.

18.     La crainte n'est pas dans l'amour, mais l'amour parfait bannit la crainte ; car la crainte suppose un châtiment, et celui qui craint n'est pas parfait dans l'amour.

19.     Pour nous, nous l'aimons, parce qu'il nous a aimés le premier.

3.     Comme sa divine puissance nous a donné tout ce qui contribue à la vie et à la piété, au moyen de la connaissance de celui qui nous a appelés par sa propre gloire et par sa vertu,

4.     Lesquelles nous assurent de sa part les plus grandes et les plus précieuses promesses, afin que par elles vous deveniez participants de la nature divine, en fuyant la corruption qui existe dans le monde par la convoitise,

5.     À cause de cela même, faites tous vos efforts pour joindre à votre foi la vertu, à la vertu la science,

6.     À la science la tempérance, à la tempérance la patience, à la patience la piété,

7.     À la piété l'amour fraternel, à l'amour fraternel la charité.

8.     Car si ces choses sont en vous, et y sont avec abondance, elles ne vous laisseront point oisifs ni stériles pour la connaissance de notre Seigneur Jésus Christ.



La Leçon Sermon



La Bible


1. Jacques 1 : 17

17     Toute grâce excellente et tout don parfait descendent d'en haut, du Père des lumières, chez lequel il n'y a ni changement ni ombre de variation.

2. Matthieu 4 : 23

23     Jésus parcourait toute la Galilée, enseignant dans les synagogues, prêchant la bonne nouvelle du royaume, et guérissant toute maladie et toute infirmité parmi le peuple.

3. Matthieu 5 : 1, 2, 7

1     Voyant la foule, Jésus monta sur la montagne ; et, après qu'il se fut assis, ses disciples s'approchèrent de lui.

2     Puis, ayant ouvert la bouche, il les enseigna, et dit :

7     Heureux les miséricordieux, car ils obtiendront miséricorde !

4. Luc 6 : 27 (Aimez)-36, 38

27     … Aimez vos ennemis, faites du bien à ceux qui vous haïssent,

28     Bénissez ceux qui vous maudissent, priez pour ceux qui vous maltraitent.

29     Si quelqu'un te frappe sur une joue, présente-lui aussi l'autre. Si quelqu'un prend ton manteau, ne l'empêche pas de prendre encore ta tunique.

30     Donne à quiconque te demande, et ne réclame pas ton bien à celui qui s'en empare.

31     Ce que vous voulez que les hommes fassent pour vous, faites-le de même pour eux.

32     Si vous aimez ceux qui vous aiment, quel gré vous en saura-t-on ? Les pécheurs aussi aiment ceux qui les aiment.

33     Si vous faites du bien à ceux qui vous font du bien, quel gré vous en saura-t-on? Les pécheurs aussi agissent de même.

34     Et si vous prêtez à ceux de qui vous espérez recevoir, quel gré vous en saura-t-on ? Les pécheurs aussi prêtent aux pécheurs, afin de recevoir la pareille.

35     Mais aimez vos ennemis, faites du bien, et prêtez sans rien espérer. Et votre récompense sera grande, et vous serez fils du Très Haut, car il est bon pour les ingrats et pour les méchants.

36     Soyez donc miséricordieux, comme votre Père est miséricordieux.

38     Donnez, et il vous sera donné : on versera dans votre sein une bonne mesure, serrée, secouée et qui déborde ; car on vous mesurera avec la mesure dont vous vous serez servis.

5. Matthieu 10 : 8

8     Guérissez les malades, ressuscitez les morts, purifiez les lépreux, chassez les démons. Vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement.

6. Luc 21 : 1-4

1     Jésus, ayant levé les yeux, vit les riches qui mettaient leurs offrandes dans le tronc.

2     Il vit aussi une pauvre veuve, qui y mettait deux petites pièces.

3     Et il dit : Je vous le dis en vérité, cette pauvre veuve a mis plus que tous les autres ;

4     Car c'est de leur superflu que tous ceux-là ont mis des offrandes dans le tronc, mais elle a mis de son nécessaire, tout ce qu'elle avait pour vivre.

7. I Jean 3 : 17, 18

17     Si quelqu'un possède les biens du monde, et que, voyant son frère dans le besoin, il lui ferme ses entrailles, comment l'amour de Dieu demeure-t-il en lui ?

18     Petits enfants, n'aimons pas en paroles et avec la langue, mais en actions et avec vérité.

8. II Corinthiens 9 : 6, 7

6     Sachez-le, celui qui sème peu moissonnera peu, et celui qui sème abondamment moissonnera abondamment.

7     Que chacun donne comme il l'a résolu en son cœur, sans tristesse ni contrainte ; car Dieu aime celui qui donne avec joie.

9. Hébreux 13 : 1-3

1     Persévérez dans l'amour fraternel.

2     N'oubliez pas l'hospitalité ; car, en l'exerçant, quelques-uns ont logé des anges, sans le savoir.

3     Souvenez-vous des prisonniers, comme si vous étiez aussi prisonniers ; de ceux qui sont maltraités, comme étant aussi vous-mêmes dans un corps.

10. Actes 3 : 1-8

1     Pierre et Jean montaient ensemble au temple, à l'heure de la prière : c'était la neuvième heure.

2     Il y avait un homme boiteux de naissance, qu'on portait et qu'on plaçait tous les jours à la porte du temple appelée la Belle, pour qu'il demandât l'aumône à ceux qui entraient dans le temple.

3     Cet homme, voyant Pierre et Jean qui allaient y entrer, leur demanda l'aumône.

4     Pierre, de même que Jean, fixa les yeux sur lui, et dit : Regarde-nous.

5     Et il les regardait attentivement, s'attendant à recevoir d'eux quelque chose.

6     Alors Pierre lui dit : Je n'ai ni argent, ni or ; mais ce que j'ai, je te le donne : au nom de Jésus Christ de Nazareth, lève-toi et marche.

7     Et le prenant par la main droite, il le fit lever. Au même instant, ses pieds et ses chevilles devinrent fermes ;

8     D'un saut il fut debout, et il se mit à marcher. Il entra avec eux dans le temple, marchant, sautant, et louant Dieu.

11. I Corinthiens 13 : 1-5, 8, 11-13

1     Quand je parlerais les langues des hommes et des anges, si je n'ai pas la charité, je suis un airain qui résonne, ou une cymbale qui retentit.

2     Et quand j'aurais le don de prophétie, la science de tous les mystères et toute la connaissance, quand j'aurais même toute la foi jusqu'à transporter des montagnes, si je n'ai pas la charité, je ne suis rien.

3     Et quand je distribuerais tous mes biens pour la nourriture des pauvres, quand je livrerais même mon corps pour être brûlé, si je n'ai pas la charité, cela ne me sert de rien.

4     La charité est patiente, elle est pleine de bonté ; la charité n'est point envieuse ; la charité ne se vante point, elle ne s'enfle point d'orgueil,

5     Elle ne fait rien de malhonnête, elle ne cherche point son intérêt, elle ne s'irrite point, elle ne soupçonne point le mal,

8     La charité ne périt jamais. Les prophéties prendront fin, les langues cesseront, la connaissance disparaîtra.

11     Lorsque j'étais enfant, je parlais comme un enfant, je pensais comme un enfant, je raisonnais comme un enfant ; lorsque je suis devenu homme, j'ai fait disparaître ce qui était de l'enfant.

12     Aujourd'hui nous voyons au moyen d'un miroir, d'une manière obscure, mais alors nous verrons face à face ; aujourd'hui je connais en partie, mais alors je connaîtrai comme j'ai été connu.

13     Maintenant donc ces trois choses demeurent : la foi, l'espérance, la charité ; mais la plus grande de ces choses, c'est la charité.



Science et Santé


1. 270 : 26 (seulement)

La douceur et la charité ont l’autorité divine.

2. 570 : 14-19

Des millions d’esprits sans préjugés — humbles chercheurs de la Vérité, voyageurs fatigués et altérés dans le désert — attendent et veillent pour obtenir le repos et le boire. Donnez-leur un verre d’eau froide au nom du Christ, et ne craignez nullement les conséquences de votre bonne action.

3. 454 : 19-27

L’amour pour Dieu et pour l’homme est le vrai mobile à la fois pour guérir et pour enseigner. L’Amour révèle le chemin, l’illumine, le désigne, et nous y guide. Les bons motifs donnent des ailes à la pensée, de la force et de la liberté à la parole et à l’action. L’amour est prêtre à l’autel de la Vérité. Attendez patiemment que l’Amour divin se meuve sur la surface des eaux de l’entendement mortel et qu’il forme le concept parfait. Il faut que la patience « accomplisse parfaitement son œuvre ».

4. 192 : 26-27

Le bien que vous faites et qui s’exprime en vous vous donne le seul pouvoir que l’on puisse obtenir.

5. 79 : 33-3

La Science de l’Entendement enseigne que les mortels doivent pouvoir « faire le bien sans se fatiguer »*. Elle dissipe la fatigue quand nous faisons le bien. Donner ne nous appauvrit pas au service de notre Créateur et ne pas donner ne nous enrichit pas. Nous avons des forces en proportion de notre compréhension de la vérité, et nous ne diminuons pas nos forces en proclamant la vérité.

* Bible anglaise

6. 384 : 4-11

Nous devrions nous débarrasser de la pensée déprimante que nous avons transgressé une loi matérielle et que nous devons nécessairement en subir la peine. Soyons rassurés par la loi de l’Amour. Dieu ne punit jamais l’homme pour avoir fait le bien, travaillé honnêtement et accompli des œuvres de miséricorde, bien que cela puisse l’exposer à la fatigue, au froid, à la chaleur, à la contagion.

7. 385 : 1-20

Il est notoire que Florence Nightingale et d’autres philanthropes occupés à des œuvres humanitaires ont pu supporter sans défaillance des fatigues et des intempéries que le commun des mortels ne saurait endurer. L’explication de ce fait réside dans le soutien qu’ils puisèrent dans la loi divine surpassant la loi humaine. L’exigence spirituelle, qui fait taire l’exigence matérielle, fournit une énergie et une endurance qui surpassent toute autre aide et prévient la peine que nos croyances attacheraient, s’il était possible, à nos meilleures actions. Rappelons- nous que l’éternelle loi de justice, bien qu’elle ne puisse jamais annuler la loi qui fait que le péché est son propre bourreau, exempte l’homme de tous châtiments sauf de ceux qu’il encourt pour avoir fait le mal.

Le labeur constant, les privations, les intempéries et toutes conditions préjudiciables, s’il n’y a pas péché, peuvent être affrontés sans souffrance. Tout ce qu’il est de votre devoir de faire, vous pouvez le faire sans que cela vous nuise.

8. 25 : 13-16, 31-10

Jésus enseigna le chemin de la Vie par la démonstration, afin que nous puissions comprendre comment ce Principe divin guérit les malades, chasse l’erreur, et triomphe de la mort.

La divinité du Christ fut rendue manifeste dans l’humanité de Jésus.

Bien que nous adorions Jésus, et que notre cœur déborde de gratitude pour ce qu’il fit pour les mortels — parcourant seul son sentier d’amour jusqu’au trône de gloire, explorant le chemin pour nous dans une angoisse muette — néanmoins Jésus ne nous épargne pas une seule expérience individuelle si nous suivons fidèlement ses commandements ; et tous auront à boire la coupe de douloureux efforts en proportion de leur démonstration de son amour, jusqu’à ce que tous soient rachetés par l’Amour divin.

9. 26 : 22-26

L’enseignement de la Vérité et l’application de cette Vérité par Jésus impliquaient un tel sacrifice que nous sommes forcés d’admettre que c’est l’Amour qui en était le Principe.

10. 138 : 30-2

Notre Maître dit à tous ceux qui le suivaient : « Allez par tout le monde, et prêchez la bonne nouvelle à toute la création !... Guérissez les malades !... Tu aimeras ton prochain comme toi- même ! » C’était cette théologie de Jésus qui guérissait les malades et les pécheurs. C’est sa théologie dans ce livre, avec la signification spirituelle de cette théologie, qui guérit les malades et fait que le méchant « abandonne sa voie, et l’homme d’iniquité ses pensées ».

11. 365 : 8-2

La douce pensée de Jésus, qui s’exprimait en des paroles comme celles-ci : « Ne vous inquiétez pas pour votre vie », guérirait les malades et les mettrait ainsi à même de s’élever au-dessus de la prétendue nécessité de se préoccuper du corps et de le médicamenter ; mais si les affections désintéressées font défaut, et si le bon sens et la charité humaine sont méconnus, quelle qualité mentale reste-t-il qui puisse, du bras étendu de la justice, faire jaillir la guérison ?

Si le Scientiste atteint son patient par l’Amour divin, l’œuvre de guérison sera accomplie en une seule visite et la maladie s’évanouira en son néant primitif, comme la rosée disparaît au soleil du matin. Si le Scientiste a assez d’affection chrétienne pour gagner son propre pardon et une approbation semblable à celle que Marie-Madeleine obtint de Jésus, alors il est assez chrétien pour traiter ses patients scientifiquement et user de compassion envers eux ; et le résultat correspondra à l’intention spirituelle.

Si l’hypocrisie, l’indifférence, l’inhumanité ou le vice pénétrait dans la chambre du malade par le soi-disant guérisseur, cela transformerait, s’il était possible, en un repaire de voleurs le temple du Saint-Esprit — c’est-à-dire le pouvoir spirituel qu’a le patient d’opérer sa propre résurrection. Le praticien non chrétien ne donne pas à l’entendement et au corps la joie et la force de la Vérité. Le pauvre cœur qui souffre a besoin de sa nourriture légitime — la paix, la patience dans la tribulation et un sens inestimable de la bonté du Père plein d’amour.

12. 366 : 16-19

Dépourvu de cette affection spirituelle, le médecin manque de foi en l’Entendement divin et il n’a pas cette récognition de l’Amour infini qui seule confère le pouvoir guérisseur.

13. 326 : 19-26

On peut dès à présent avoir pour intention et pour mobile de vivre selon le bien. Ce point acquis, vous avez débuté comme vous le deviez. Vous avez commencé par la règle fondamentale de la Science Chrétienne, et seule une mauvaise intention pourra entraver vos progrès. Si vous travaillez et priez avec des mobiles sincères, votre Père vous ouvrira le chemin. « Qui vous a arrêtés, pour vous empêcher d’obéir à la vérité ? »

14. 225 : 23

L’Amour est le libérateur.


████████████████████████████████████████████████████████████████████████


Les Devoirs Quotidiens

de Mary Baker Eddy

Prière quotidienne

Il sera du devoir de tout membre de cette Église de prier chaque jour : « Que Ton règne vienne » ; que le règne de la Vérité, de la Vie et de l’Amour divins soit établi en moi, et élimine de moi tout péché ; et puisse Ta Parole enrichir les affections de toute l’humanité et la gouverner !q

Manuel de l’Église, Article VIII, Sect. 4

Règle pour les mobiles et les actes

Ni l’animosité, ni un attachement purement personnel ne doivent déterminer les mobiles ou les actes des membres de l’Église Mère. Dans la Science, l’Amour divin seul gouverne l’homme ; et un Scientiste Chrétien reflète les douces aménités de l’Amour, en réprouvant le péché, et en manifestant un véritable esprit de fraternité, de charité et de pardon. Les membres de cette Église doivent journellement veiller et prier pour être délivrés de tout mal, pour ne pas prophétiser, juger, condamner, conseiller, influencer ou être influencés d’une manière erronée.

Manuel de l’Église, Article VIII, Sect. 1

Vigilance face au devoir

Il sera du devoir de chaque membre de cette Église de se défendre journellement contre la suggestion mentale agressive, et de ne pas se laisser entraîner à oublier ou à négliger son devoir envers Dieu, envers son Leader et envers l’humanité. Par ses œuvres, il sera jugé — et justifié ou condamné.

Manuel de l’Église, Article VIII, Sect. 6


████████████████████████████████████████████████████████████████████████