Dimanche 30 Septembre 2018 |

Dimanche 30 Septembre 2018



Sujet — La Réalité

Texte D’or : Apocalypse 3 : 12



« Celui qui vaincra, je ferai de lui une colonne dans le temple de mon Dieu, et il n'en sortira plus ; j'écrirai sur lui le nom de mon Dieu, et le nom de la ville de mon Dieu, de la nouvelle Jérusalem. »




PDF Downloads:


████████████████████████████████████████████████████████████████████████


Lecture Alternée: Psaume 48 : 2, 3, 9; Ésaïe 52 : 9, 10


2.     L'Éternel est grand, il est l'objet de toutes les louanges, dans la ville de notre Dieu, sur sa montagne sainte.

3.     Belle est la colline, joie de toute la terre, la montagne de Sion ; le côté septentrional, c'est la ville du grand roi.

9.     Ce que nous avions entendu dire, nous l'avons vu dans la ville de l'Éternel des armées, dans la ville de notre Dieu : Dieu la fera subsister à toujours.

9.     Éclatez ensemble en cris de joie, ruines de Jérusalem ! Car l'Éternel console son peuple, il rachète Jérusalem.

10.     L'Éternel découvre le bras de sa sainteté, aux yeux de toutes les nations ; et toutes les extrémités de la terre verront le salut de notre Dieu.



La Leçon Sermon



La Bible


1. Ésaïe 65 : 13 (ainsi) (jusqu’au :), 14 (jusqu’au ;), 17-19

13     … ainsi parle le Seigneur, l'Éternel :

14     Voici, mes serviteurs chanteront dans la joie de leur cœur ;

17     Car je vais créer de nouveaux cieux et une nouvelle terre ; on ne se rappellera plus les choses passées, elles ne reviendront plus à l'esprit.

18     Réjouissez-vous plutôt et soyez à toujours dans l'allégresse, à cause de ce que je vais créer ; car je vais créer Jérusalem pour l'allégresse, et son peuple pour la joie.

19     Je ferai de Jérusalem mon allégresse, et de mon peuple ma joie ; on n'y entendra plus le bruit des pleurs et le bruit des cris.

2. Apocalypse 1 : 1-3

1     Révélation de Jésus Christ, que Dieu lui a donnée pour montrer à ses serviteurs les choses qui doivent arriver bientôt, et qu'il a fait connaître, par l'envoi de son ange, à son serviteur Jean,

2     Lequel a attesté la parole de Dieu et le témoignage de Jésus Christ, tout ce qu'il a vu.

3     Heureux celui qui lit et ceux qui entendent les paroles de la prophétie, et qui gardent les choses qui y sont écrites ! Car le temps est proche.

3. Apocalypse 21 : 1-7, 9-14, 22-27

1     Puis je vis un nouveau ciel et une nouvelle terre ; car le premier ciel et la première terre avaient disparu, et la mer n'était plus.

2     Et je vis descendre du ciel, d'auprès de Dieu, la ville sainte, la nouvelle Jérusalem, préparée comme une épouse qui s'est parée pour son époux.

3     Et j'entendis du trône une forte voix qui disait : Voici le tabernacle de Dieu avec les hommes ! Il habitera avec eux, et ils seront son peuple, et Dieu lui-même sera avec eux.

4     Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu.

5     Et celui qui était assis sur le trône dit : Voici, je fais toutes choses nouvelles. Et il dit : Écris ; car ces paroles sont certaines et véritables.

6     Et il me dit : C'est fait ! Je suis l'alpha et l'oméga, le commencement et la fin. A celui qui a soif je donnerai de la source de l'eau de la vie, gratuitement.

7     Celui qui vaincra héritera ces choses ; je serai son Dieu, et il sera mon fils.

9     Puis un des sept anges qui tenaient les sept coupes remplies des sept derniers fléaux vint, et il m'adressa la parole, en disant : Viens, je te montrerai l'épouse, la femme de l'agneau.

10     Et il me transporta en esprit sur une grande et haute montagne. Et il me montra la ville sainte, Jérusalem, qui descendait du ciel d'auprès de Dieu, ayant la gloire de Dieu.

11     Son éclat était semblable à celui d'une pierre très précieuse, d'une pierre de jaspe transparente comme du cristal.

12     Elle avait une grande et haute muraille. Elle avait douze portes, et sur les portes douze anges, et des noms écrits, ceux des douze tribus des fils d'Israël :

13     À l'orient trois portes, au nord trois portes, au midi trois portes, et à l'occident trois portes.

14     La muraille de la ville avait douze fondements, et sur eux les douze noms des douze apôtres de l'agneau.

22     Je ne vis point de temple dans la ville ; car le Seigneur Dieu tout puissant est son temple, ainsi que l'agneau.

23     La ville n'a besoin ni du soleil ni de la lune pour l'éclairer ; car la gloire de Dieu l'éclaire, et l'agneau est son flambeau.

24     Les nations marcheront à sa lumière, et les rois de la terre y apporteront leur gloire.

25     Ses portes ne se fermeront point le jour, car là il n'y aura point de nuit.

26     On y apportera la gloire et l'honneur des nations.

27     Il n'entrera chez elle rien de souillé, ni personne qui se livre à l'abomination et au mensonge ; il n'entrera que ceux qui sont écrits dans le livre de vie de l'agneau.

4. II Pierre 3 : 8 (il)-14, 17, 18

8     … il est une chose, bien-aimés, que vous ne devez pas ignorer, c'est que, devant le Seigneur, un jour est comme mille ans, et mille ans sont comme un jour.

9     Le Seigneur ne tarde pas dans l'accomplissement de la promesse, comme quelques-uns le croient ; mais il use de patience envers vous, ne voulant pas qu'aucun périsse, mais voulant que tous arrivent à la repentance.

10     Le jour du Seigneur viendra comme un voleur ; en ce jour, les cieux passeront avec fracas, les éléments embrasés se dissoudront, et la terre avec les œuvres qu'elle renferme sera consumée.

11     Puisque donc toutes ces choses doivent se dissoudre, quelles ne doivent pas être la sainteté de votre conduite et votre piété,

12     Tandis que vous attendez et hâtez l'avènement du jour de Dieu, à cause duquel les cieux enflammés se dissoudront et les éléments embrasés se fondront !

13     Mais nous attendons, selon sa promesse, de nouveaux cieux et une nouvelle terre, où la justice habitera.

14     C'est pourquoi, bien-aimés, en attendant ces choses, appliquez-vous à être trouvés par lui sans tache et irrépréhensibles dans la paix.

17     Vous donc, bien-aimés, qui êtes avertis, mettez-vous sur vos gardes, de peur qu'entraînés par l'égarement des impies, vous ne veniez à déchoir de votre fermeté.

18     Mais croissez dans la grâce et dans la connaissance de notre Seigneur et Sauveur Jésus Christ. A lui soit la gloire, maintenant et pour l'éternité ! Amen !



Science et Santé


1. 592 : 17-19

NOUVELLE JÉRUSALEM. La Science divine ; les faits spirituels et l’harmonie de l’univers ; le royaume des cieux, ou règne de l’harmonie.

2. 91 : 1-4

Le Révélateur nous dit qu’il vit « un nouveau ciel et une nouvelle terre ». Vous êtes-vous jamais représenté ce ciel et cette terre, habités par des êtres que gouverne la sagesse suprême ?

3. 572 : 22-20 (jusqu’au .)

Nous lisons dans l’Apocalypse, chapitre 21:1 :

Puis je vis un nouveau ciel et une nouvelle terre ; car le premier ciel et la première terre avaient disparu, et la mer n’était plus.

Le Révélateur n’avait pas encore franchi l’état de transition dans l’expérience humaine appelé la mort, et cependant il voyait déjà un nouveau ciel et une nouvelle terre. Par quel sens saint Jean eut-il cette vision ? Non par l’organe visuel matériel qui sert à la vue, car les yeux sont incapables d’embrasser une scène aussi merveilleuse. Ce nouveau ciel et cette nouvelle terre étaient-ils terrestres ou célestes, matériels ou spirituels ? Ils ne pouvaient être ni terrestres ni matériels, car le sens humain de l’espace est incapable d’embrasser une telle vision. Le Révélateur était sur notre plan d’existence, tout en voyant cependant ce que l’œil ne peut voir — ce qui est invisible à la pensée non inspirée. Ce témoignage de l’Écriture Sainte appuie ce fait dans la Science, que pour une certaine conscience humaine, cette conscience que Dieu confère, les cieux et la terre sont spirituels, tandis que pour une autre, pour l’entendement humain non éclairé, la vision est matérielle. Cela montre indubitablement que ce que l’entendement humain appelle matière et esprit indique des états et des phases de conscience.

Accompagnant cette conscience scientifique il y eut une autre révélation, savoir la déclaration venant du ciel, harmonie suprême, que Dieu, le Principe divin de l’harmonie, est toujours avec les hommes et qu’ils sont Son peuple. Ainsi, l’homme n’était plus regardé comme un misérable pécheur, mais comme le bienheureux enfant de Dieu.

4. 574 : 3-30

Il se présenta encore un autre aspect au Révélateur, aspect propre à réconforter le pèlerin lassé qui, tout le long de son voyage, gravit une côte escarpée.

Il écrit dans l’Apocalypse 21:9 :

Puis un des sept anges qui tenaient les sept coupes remplies des sept derniers fléaux vint, et il m’adressa la parole, en disant : Viens, je te montrerai la fiancée, l’épouse de l’Agneau.*

* Bible anglaise

Ce ministère de la Vérité, ce message venant de l’Amour divin, ravit Jean en esprit. Il l’éleva jusqu’à ce qu’il devînt conscient des faits spirituels de l’être et de la Nouvelle Jérusalem, « qui descendait du ciel, d’auprès de Dieu » — cette plénitude spirituelle de félicité et de gloire qu’il représente par la ville « disposée en carré ». Ce qui fait la beauté de ce verset, c’est que la totalité de la misère humaine, représentée par les sept coupes angéliques et pleines des sept fléaux, trouve une ample compensation dans la loi de l’Amour. Remarquez bien que le message même, la pensée au vol rapide, qui déversait la haine et le tourment, entraîna aussi l’expérience qui éleva finalement le prophète jusqu’à ce qu’il pût contempler la grande cité dont les quatre côtés égaux venaient du ciel et apportaient le ciel.

Pensez à cela, cher lecteur, car ainsi le voile épais qui vous couvre les yeux sera ôté, et vous verrez descendre sur vous la colombe aux douces ailes. L’Amour peut faire de la circonstance même que, dans votre souffrance, vous appelez un châtiment et une affliction, un ange que vous avez reçu pour hôte sans le savoir.

5. 575 : 6-7 page suivante

Cette ville sainte, décrite dans l’Apocalypse (21:16) comme « disposée en carré » et qui descend « du ciel, d’auprès de Dieu », représente la lumière et la gloire de la Science divine. L’architecte et le fondateur de cette Nouvelle Jérusalem, c’est Dieu, ainsi que nous le lisons dans l’Épître aux Hébreux ; et c’est une « cité qui a de solides fondements ». La description est métaphorique.

L’enseignement spirituel doit toujours se faire par symboles. Jésus ne prit-il pas comme symboles, pour illustrer les vérités qu’il enseignait, la graine de moutarde et l’enfant prodigue ? Prise dans son sens allégorique, la description de la ville comme disposée en carré a une signification profonde. Les quatre côtés de notre cité sont : la Parole, le Christ, le Christianisme et la Science divine ; et « ses portes ne se fermeront point le jour, car là il n’y aura point de nuit ». Cette cité est entièrement spirituelle, ainsi que l’indiquent ses quatre côtés.

Comme le dit le Psalmiste : « Elle s’élève avec grâce, du côté du septentrion, la montagne de Sion, joie de toute la terre : c’est la cité du grand roi. » C’est en vérité une cité de l’Esprit, belle, royale et carrée. Au septentrion, ses portes s’ouvrent sur l’Étoile Polaire, la Parole, l’aimant polaire de la Révélation ; à l’orient, sur l’étoile vue par les Mages de l’Orient, qui la suivirent jusqu’à la crèche de Jésus ; au midi, sur les tropiques ensoleillés, avec la Croix du Sud dans les cieux — la Croix du Calvaire, qui lie tous les hommes en une solennelle union ; à l’occident, elles s’ouvrent sur la perception sublime de la Rive d’Or de l’Amour et de la Paisible Mer de l’Harmonie.

Cette cité céleste, éclairée par le Soleil de la Justice — cette Nouvelle Jérusalem, ce Tout infini, qui, pour nous, semble cachée dans la brume de l’éloignement — apparut à saint Jean alors qu’il demeurait encore parmi les mortels.

6. 577 : 12-28

Cette sainte habitation spirituelle n’a ni bornes ni limites, mais ses quatre points cardinaux sont : premièrement, la Parole de Vie, de Vérité et d’Amour ; deuxièmement, le Christ, l’idée spirituelle de Dieu ; troisièmement, le Christianisme, qui est l’effet du Principe divin de l’idée- Christ dans l’histoire chrétienne ; quatrièmement, la Science Chrétienne, qui interprète aujourd’hui et pour toujours ce grand exemple et le grand Exemplaire. Cette cité de notre Dieu n’a besoin ni de soleil ni de satellite, car l’Amour en est la lumière, et l’Entendement divin est son propre interprète. Tous ceux qui sont sauvés doivent marcher dans cette lumière. Les puissants potentats et les dynasties déposeront leurs gloires terrestres dans la cité céleste. Ses portes s’ouvrent sur la lumière et la gloire au-dedans et au-dehors, car tout est bon, et « rien de souillé, ni personne qui se livre... au mensonge » ne peut entrer dans cette cité.

7. 573 : 29-2

Prenez courage, ô vous qui souffrez, car cette réalité de l’être apparaîtra assurément un jour et de quelque manière. Il n’y aura plus de douleur, et toutes larmes seront essuyées. Lorsque vous lirez cela, souvenez-vous des paroles de Jésus : « Le royaume de Dieu est au-dedans de vous. »* Il est donc possible d’avoir cette conscience spirituelle dès maintenant.

* Bible anglaise


████████████████████████████████████████████████████████████████████████


Les Devoirs Quotidiens

de Mary Baker Eddy

Prière quotidienne

Il sera du devoir de tout membre de cette Église de prier chaque jour : « Que Ton règne vienne » ; que le règne de la Vérité, de la Vie et de l’Amour divins soit établi en moi, et élimine de moi tout péché ; et puisse Ta Parole enrichir les affections de toute l’humanité et la gouverner !q

Manuel de l’Église, Article VIII, Sect. 4

Règle pour les mobiles et les actes

Ni l’animosité, ni un attachement purement personnel ne doivent déterminer les mobiles ou les actes des membres de l’Église Mère. Dans la Science, l’Amour divin seul gouverne l’homme ; et un Scientiste Chrétien reflète les douces aménités de l’Amour, en réprouvant le péché, et en manifestant un véritable esprit de fraternité, de charité et de pardon. Les membres de cette Église doivent journellement veiller et prier pour être délivrés de tout mal, pour ne pas prophétiser, juger, condamner, conseiller, influencer ou être influencés d’une manière erronée.

Manuel de l’Église, Article VIII, Sect. 1

Vigilance face au devoir

Il sera du devoir de chaque membre de cette Église de se défendre journellement contre la suggestion mentale agressive, et de ne pas se laisser entraîner à oublier ou à négliger son devoir envers Dieu, envers son Leader et envers l’humanité. Par ses œuvres, il sera jugé — et justifié ou condamné.

Manuel de l’Église, Article VIII, Sect. 6


████████████████████████████████████████████████████████████████████████