Dimanche 6 Janvier 2019 |

Dimanche 6 Janvier 2019



Sujet — DIEU

Texte D’or : APOCALYPSE 19 : 6



« Alléluia ! Car le Seigneur notre Dieu tout puissant est entré dans son règne. »




PDF Downloads:


████████████████████████████████████████████████████████████████████████


Lecture Alternée: Psaume 145 : 3-5, 10-13


3.     L'Éternel est grand et très digne de louange, et sa grandeur est insondable.

4.     Que chaque génération célèbre tes œuvres, et publie tes hauts faits !

5.     Je dirai la splendeur glorieuse de ta majesté ; je chanterai tes merveilles.

10.     Toutes tes œuvres te loueront, ô Éternel ! Et tes fidèles te béniront.

11.     Ils diront la gloire de ton règne, et ils proclameront ta puissance,

12.     Pour faire connaître aux fils de l'homme ta puissance et la splendeur glorieuse de ton règne.

13.     Ton règne est un règne de tous les siècles, et ta domination subsiste dans tous les âges.



La Leçon Sermon



La Bible


1. I Chroniques 29 : 11-13

11     A toi, Éternel, la grandeur, la force et la magnificence, l'éternité et la gloire, car tout ce qui est au ciel et sur la terre t'appartient ; à toi, Éternel, le règne, car tu t'élèves souverainement au-dessus de tout !

12     C'est de toi que viennent la richesse et la gloire, c'est toi qui domines sur tout, c'est dans ta main que sont la force et la puissance, et c'est ta main qui a le pouvoir d'agrandir et d'affermir toutes choses.

13     Maintenant, ô notre Dieu, nous te louons, et nous célébrons ton nom glorieux.

2. Daniel 6 : 1 (jusqu’à la ,), 2 (jusqu’à la 2ème,), 3, 5, 6 (jusqu’au :), 7, 9-11, 13-16, 18-23

1     Darius trouva bon d'établir sur le royaume cent vingt satrapes,

2     Il mit à leur tête trois chefs, au nombre desquels était Daniel,

3     Daniel surpassait les chefs et les satrapes, parce qu'il y avait en lui un esprit supérieur ; et le roi pensait à l'établir sur tout le royaume.

5     Et ces hommes dirent : Nous ne trouverons aucune occasion contre ce Daniel, à moins que nous n'en trouvions une dans la loi de son Dieu.

6     Puis ces chefs et ces satrapes se rendirent tumultueusement auprès du roi, et lui parlèrent ainsi :

7     Tous les chefs du royaume, les intendants, les satrapes, les conseillers, et les gouverneurs sont d'avis qu'il soit publié un édit royal, avec une défense sévère, portant que quiconque, dans l'espace de trente jours, adressera des prières à quelque dieu ou à quelque homme, excepté à toi, ô roi, sera jeté dans la fosse aux lions.

9     Là-dessus le roi Darius écrivit le décret et la défense.

10     Lorsque Daniel sut que le décret était écrit, il se retira dans sa maison, où les fenêtres de la chambre supérieure étaient ouvertes dans la direction de Jérusalem ; et trois fois le jour il se mettait à genoux, il priait, et il louait son Dieu, comme il le faisait auparavant.

11     Alors ces hommes entrèrent tumultueusement, et ils trouvèrent Daniel qui priait et invoquait son Dieu.

13     Ils prirent de nouveau la parole et dirent au roi : Daniel, l'un des captifs de Juda, n'a tenu aucun compte de toi, ô roi, ni de la défense que tu as écrite, et il fait sa prière trois fois le jour.

14     Le roi fut très affligé quand il entendit cela ; il prit à cœur de délivrer Daniel, et jusqu'au coucher du soleil il s'efforça de le sauver.

15     Mais ces hommes insistèrent auprès du roi, et lui dirent : Sache, ô roi, que la loi des Mèdes et des Perses exige que toute défense ou tout décret confirmé par le roi soit irrévocable.

16     Alors le roi donna l'ordre qu'on amenât Daniel, et qu'on le jetât dans la fosse aux lions. Le roi prit la parole et dit à Daniel : Puisse ton Dieu, que tu sers avec persévérance, te délivrer !

18     Le roi se rendit ensuite dans son palais; il passa la nuit à jeun, il ne fit point venir de concubine auprès de lui, et il ne put se livrer au sommeil.

19     Le roi se leva au point du jour, avec l'aurore, et il alla précipitamment à la fosse aux lions.

20     En s'approchant de la fosse, il appela Daniel d'une voix triste. Le roi prit la parole et dit à Daniel : Daniel, serviteur du Dieu vivant, ton Dieu, que tu sers avec persévérance, a-t-il pu te délivrer des lions ?

21     Et Daniel dit au roi : Roi, vis éternellement ?

22     Mon Dieu a envoyé son ange et fermé la gueule des lions, qui ne m'ont fait aucun mal, parce que j'ai été trouvé innocent devant lui ; et devant toi non plus, ô roi, je n'ai rien fait de mauvais.

23     Alors le roi fut très joyeux, et il ordonna qu'on fît sortir Daniel de la fosse. Daniel fut retiré de la fosse, et on ne trouva sur lui aucune blessure, parce qu'il avait eu confiance en son Dieu.

3. Jérémie 32 : 17, 18

17     Ah ! Seigneur Éternel, voici, tu as fait les cieux et la terre par ta grande puissance et par ton bras étendu : rien n'est étonnant de ta part.

18     Tu fais miséricorde jusqu'à la millième génération, et tu punis l'iniquité des pères dans le sein de leurs enfants après eux. Tu es le Dieu grand, le puissant, dont le nom est l'Éternel des armées.

4. Luc 8 : 40

40     A son retour, Jésus fut reçu par la foule, car tous l'attendaient.

5. Luc 9 : 38-43 (jusqu’au .)

38     Et voici, du milieu de la foule un homme s'écria : Maître, je t'en prie, porte les regards sur mon fils, car c'est mon fils unique.

39     Un esprit le saisit, et aussitôt il pousse des cris ; et l'esprit l'agite avec violence, le fait écumer, et a de la peine à se retirer de lui, après l'avoir tout brisé.

40     J'ai prié tes disciples de le chasser, et ils n'ont pas pu.

41     Race incrédule et perverse, répondit Jésus, jusqu'à quand serai-je avec vous, et vous supporterai-je ? Amène ici ton fils.

42     Comme il approchait, le démon le jeta par terre, et l'agita avec violence. Mais Jésus menaça l'esprit impur, guérit l'enfant, et le rendit à son père.

43     Et tous furent frappés de la grandeur de Dieu.

6. Éphésiens 1 : 17 (le Dieu)-20

17     … le Dieu de notre Seigneur Jésus Christ, le Père de gloire, vous donne un esprit de sagesse et de révélation, dans sa connaissance,

18     Et qu'il illumine les yeux de votre cœur, pour que vous sachiez quelle est l'espérance qui s'attache à son appel, quelle est la richesse de la gloire de son héritage qu'il réserve aux saints,

19     Et quelle est envers nous qui croyons l'infinie grandeur de sa puissance, se manifestant avec efficacité par la vertu de sa force.

20     Il l'a déployée en Christ, en le ressuscitant des morts, et en le faisant asseoir à sa droite dans les lieux célestes,



Science et Santé


1. 228 : 27-32

Il n’y a pas de pouvoir en dehors de Dieu. L’omnipotence a tout pouvoir, et reconnaître quelque autre pouvoir c’est déshonorer Dieu. L’humble Nazaréen annula la supposition que le péché, la maladie et la mort ont du pouvoir. Il prouva qu’ils sont impuissants.

2. 275 : 25-31

La métaphysique divine, telle qu’elle est révélée à la compréhension spirituelle, montre clairement que tout est Entendement et que l’Entendement est Dieu, omnipotence, omniprésence, omniscience — c’est-à-dire, toute puissance, toute présence, toute Science. Donc tout est en réalité la manifestation de l’Entendement.

3. 469 : 28-34

Nous perdons la haute signification de l’omnipotence lorsque, après avoir admis que Dieu, le bien, est omniprésent et qu’Il possède tout pouvoir, nous croyons toujours qu’il existe une autre puissance nommée le mal. Cette croyance qu’il y a plus d’un entendement est aussi pernicieuse à la théologie divine que le sont la mythologie ancienne et l’idolâtrie païenne.

4. 470 : 5-11

L’existence présumée de plus d’un entendement fut l’erreur fondamentale de l’idolâtrie. Cette erreur supposait la perte du pouvoir spirituel, la perte de la présence spirituelle de la Vie en tant que Vérité infinie sans rien qui lui soit dissemblable, et la perte de l’Amour comme étant toujours présent et universel.

5. 202 : 35-7

Selon l’opinion générale un homme peut s’enrhumer en faisant le bien, et ce rhume peut devenir une maladie pulmonaire mortelle, comme si le mal pouvait l’emporter sur la loi de l’Amour et s’opposer à la récompense que mérite une bonne action. Dans la Science du christianisme, l’Entendement — l’omnipotence — a tout pouvoir, il assigne des récompenses certaines à la justice et montre que la matière ne peut ni guérir ni rendre malade, ni créer ni détruire.

6. 318 : 6-18

Les sens corporels définissent les maladies en tant que réalités ; mais les Écritures déclarent que Dieu fit tout, alors même que les sens corporels disent que la matière cause la maladie et que l’Entendement divin ne peut pas ou ne veut pas la guérir. Les sens matériels produisent et soutiennent tout ce qui est matériel, mensonger, égoïste ou avili. Ils mettraient volontiers l’âme dans la poussière, la vie dans les limbes, et condamneraient toutes choses à la décomposition.

Par la vérité du sens spirituel nous devons réduire au silence ce mensonge du sens matériel. Nous devons faire cesser l’erreur qui a produit la croyance au péché et à la mort, et qui effacerait le pur sens d’omnipotence.

7. 224 : 32-4

La puissance de Dieu apporte la délivrance aux captifs. Aucune puissance ne peut résister à l’Amour divin. Quelle est cette prétendue puissance qui s’oppose à Dieu ? D’où vient-elle ? Qu’est-ce qui lie l’homme avec des chaînes de fer au péché, à la maladie et à la mort ? Tout ce qui asservit l’homme est contraire au gouvernement divin. La Vérité affranchit l’homme.

8. 231 : 3-13

A moins qu’un mal ne soit combattu correctement et complètement surmonté par la Vérité, ce mal n’est jamais vaincu. Si Dieu ne détruit pas le péché, la maladie et la mort, ils ne sont pas détruits dans l’entendement des mortels, mais paraissent immortels à ce prétendu entendement. Il est inutile que l’homme cherche à faire ce que Dieu ne peut faire. Si Dieu ne guérit pas les malades, ils ne sont pas guéris, car aucune puissance inférieure n’égale la Toute-Puissance infinie ; mais Dieu, la Vérité, la Vie, l’Amour, guérit incontestablement les malades par la prière des justes.

9. 450 : 21-28

Le Scientiste Chrétien s’est engagé à faire diminuer le mal, la maladie et la mort ; et il en triomphera en comprenant leur néant et la totalité de Dieu, le bien. Pour lui, la maladie n’est pas moins une tentation que le péché, et il les guérit tous deux en comprenant le pouvoir que Dieu exerce sur eux. Le Scientiste Chrétien sait que ce sont là des erreurs de croyance que la Vérité peut détruire et qu’elle détruira.

10. 130 : 8-16

Il est vain de parler d’une manière déloyale de la Science divine qui détruit toute discordance, alors que vous pouvez démontrer que la Science est vraie. Il est peu sage de se demander si la réalité s’harmonise parfaitement avec Dieu, le Principe divin — si la Science, comprise et démontrée, détruit toute discordance — puis que vous admettez que Dieu est omnipotent ; car il résulte de cette prémisse que le bien et ses douces harmonies ont tout pouvoir.

11. 344 : 32-9

Dans la Bible le mot Esprit est si généralement appliqué à la Divinité, que les termes Esprit et Dieu sont souvent considérés comme synonymes ; et c’est ainsi qu’ils sont uniformément employés et compris en Science Chrétienne. Comme il est évident que la ressemblance de l’Esprit ne peut être matérielle, ne s’ensuit-il pas que Dieu ne peut être dans Sa dissemblance et ne peut guérir les malades par l’intermédiaire de médicaments ? Lorsqu’on prêchera l’omnipotence de Dieu et que l’on fera ressortir Son caractère absolu, les sermons chrétiens guériront les malades.

12. 406 : 1-12

La Bible contient la recette pour toute guérison. « Les feuilles [de cet arbre] servaient à la guérison des nations. » Le péché et la maladie sont tous deux guéris par le même Principe. L’arbre symbolise le Principe divin de l’homme, Principe qui est à même de faire face à toute éventualité, sauvant complètement l’homme du péché, de la maladie et de la mort. Le péché cédera à la Science Chrétienne quand, au lieu de méthodes et de formules, le pouvoir de Dieu sera compris et démontré dans la guérison des mortels, tant en ce qui concerne l’entendement que le corps. « L’Amour parfait bannit la crainte. »

13. 55 : 16-28

L’idée immortelle de la Vérité dans son vol rapide traverse tous les siècles, rassemblant sous ses ailes les malades et les pécheurs. Mon espérance lassée tâche de discerner le jour bienheureux où l’homme reconnaîtra la Science du Christ et aimera son prochain comme lui-même — où il percevra clairement l’omnipotence de Dieu et le pouvoir guérisseur de l’Amour divin dans ce qu’il a fait et ce qu’il fait actuellement pour l’humanité. Les promesses seront accomplies. Le temps de la réapparition de la guérison divine est de tous les âges ; et quiconque met son tout terrestre sur l’autel de la Science divine, boit dès à présent de la coupe du Christ, et est doué de l’esprit et du pouvoir de la guérison chrétienne.


████████████████████████████████████████████████████████████████████████


Les Devoirs Quotidiens

de Mary Baker Eddy

Prière quotidienne

Il sera du devoir de tout membre de cette Église de prier chaque jour : « Que Ton règne vienne » ; que le règne de la Vérité, de la Vie et de l’Amour divins soit établi en moi, et élimine de moi tout péché ; et puisse Ta Parole enrichir les affections de toute l’humanité et la gouverner !q

Manuel de l’Église, Article VIII, Sect. 4

Règle pour les mobiles et les actes

Ni l’animosité, ni un attachement purement personnel ne doivent déterminer les mobiles ou les actes des membres de l’Église Mère. Dans la Science, l’Amour divin seul gouverne l’homme ; et un Scientiste Chrétien reflète les douces aménités de l’Amour, en réprouvant le péché, et en manifestant un véritable esprit de fraternité, de charité et de pardon. Les membres de cette Église doivent journellement veiller et prier pour être délivrés de tout mal, pour ne pas prophétiser, juger, condamner, conseiller, influencer ou être influencés d’une manière erronée.

Manuel de l’Église, Article VIII, Sect. 1

Vigilance face au devoir

Il sera du devoir de chaque membre de cette Église de se défendre journellement contre la suggestion mentale agressive, et de ne pas se laisser entraîner à oublier ou à négliger son devoir envers Dieu, envers son Leader et envers l’humanité. Par ses œuvres, il sera jugé — et justifié ou condamné.

Manuel de l’Église, Article VIII, Sect. 6


████████████████████████████████████████████████████████████████████████